Tout sur Technologie et ingénierie

Avec des pertes limitées à un peu plus de 20% depuis le sommet, Alphabet a mieux résisté que d'autres sociétés technologiques à la récente vague de liquidations sur les marchés. Le prix prohibitif atteint par l'action explique le fractionnement annoncé pour le 15 juillet.

Les valeurs technologiques ont dévissé depuis le début de l'année. Elles se réinviteront toutefois sur le devant de la scène si, contrairement aux attentes du marché, les taux longs, aux Etats-Unis et ailleurs, baissent plutôt que d'augmenter dans les mois à venir - et telle est notre hypothèse.

Quasi imperturbable dans un contexte mondial pourtant difficile, Microsoft achève une fois encore le trimestre sur d'excellents résultats. Nous allons donc miser pleinement à la hausse, au moyen d'une option "call".

Porté par sa division cloud, l'éditeur de logiciels achève un très bon trimestre et dépasse une nouvelle fois les attentes. L'action a récemment perdu du terrain, mais sa valorisation est devenue plus intéressante compte tenu du taux de croissance élevé.

Malgré la récente baisse de son cours, l'action du fabricant de semi-conducteurs reste un titre de grande qualité. Nous pensons que les bénéfices seront suffisants pour justifier la prise de positions à la hausse dès maintenant.

Avec une hausse spectaculaire du nombre de commandes, Barco semble en bonne voie pour réaliser ses prévisions du 1er semestre. Nous estimons que le cash-flow disponible sera de nouveau positif en 2022 et que le dividende s'établira au minimum à 0,4 euro par action. L'action demeure digne d'achat.

Malgré le contexte, la direction mise sur une augmentation du chiffre d'affaires dans toutes les divisions cette année. La division Healthcare reste le moteur des bénéfices du groupe et la question des engagements de pensions devient, aux yeux des investisseurs, de moins en moins épineuse.

La demande est telle que le groupe va accroître sa capacité de production. Partant, le chiffre d'affaires et les marges vont augmenter. Dans le courant du deuxième semestre, la direction émettra de nouvelles prévisions pour 2025 et au-delà.

Le métavers fait appel à un éventail de technologies, dont la réalité virtuelle et la réalité augmentée comptent parmi les plus importantes. Ses possibilités d'exploitation commerciale devraient être infinies. Il n'est toutefois pas toujours bon d'être le premier investisseur dans les secteurs disruptifs.

Confronté à un déclin plus marqué que ses concurrents dans un marché des smartphones déjà en ralentissement, le groupe sud-coréen s'est restructuré fin 2021. Malgré la publication de trimestriels honorables, le titre n'a pas rebondi en Bourse.

HP Inc. (ticker HPQ), qui est comme HP Enterprise (ticker HPE) le fruit de la scission, en 2015, de Hewlett-Packard, se réjouit de compter désormais parmi ses actionnaires le milliardaire américain Warren Buffett. Par le biais de son conglomérat coté Berkshire Hathaway, l'homme s'est offert, pour 4,2 milliards de dollars, 11,4% du groupe américain.

La pandémie a généralement été profitable aux entreprises technologiques, dont Cisco Systems. La direction veut que d'ici à 2025, la moitié du chiffre d'affaires provienne des services: malgré la mutation observée, l'entreprise a encore du pain sur la planche.

Les actions chinoises se négocient avec une décote de 35% à 40% en moyenne par rapport aux actions occidentales. Profiter de la situation, en partie provoquée par le Parti lui-même, pour se positionner, serait une excellente idée.

Le sentiment à l'égard des investissements en Chine en général et dans les géants de la tech en particulier a radicalement changé en 2021. Nous tablons sur une amélioration cette année et donc, sur une réduction de la décote de Prosus par rapport à sa valeur intrinsèque.

2021 s'est révélé pour EVS le meilleur des cinq derniers exercices. Compte tenu des résultats, la direction a décidé d'ajouter à l'acompte sur dividende de 0,50 euro brut par action distribué fin novembre, un solde de 1 euro brut payable en mai. Seule ombre au tableau: le marché n'a pas apprécié le chiffre d'affaires prévisionnel.

L'entreprise de télécommunications cherche à lever des fonds en cédant des actifs. Le projet de scission et d'introduction en Bourse de sa filiale américaine TeleSign va dans ce sens. La revalorisation qui devrait s'ensuivre profiterait également aux actionnaires.

Si ses résultats de l'exercice 2021 n'ont pas surpris, puisque le groupe avait prévenu, fin décembre, qu'ils décevraient les attentes, ses projections pour le premier semestre, elles, bien et même, agréablement! Les résultats de chacune des divisions devraient progresser.

Archive