Tout sur tapis

La cure d'amaigrissement que s'est imposée le groupe peine à convaincre. Rien n'indique pour l'heure que les activités les plus rentables sont bien celles que l'on croit. De sérieuses augmentations de prix s'imposent en tout état de cause, si l'on veut éviter que l'inflation engloutisse les marges.

Cette baisse spectaculaire de son ratio d'endettement est entièrement imputable à la nette amélioration des résultats du groupe au cours des six premiers mois de 2021, et surtout au deuxième trimestre.

La direction a passé avec brio l'épreuve de la crise sanitaire. Son prochain défi: redresser les ventes et réduire l'endettement. L'horizon s'est suffisamment dégagé pour que nous donnions une seconde chance à cette action.

Comme le suggère l'évolution du taux d'endettement du groupe au troisième trimestre, la rentabilité est encourageante. Le programme NEXT a résolument contribué à l'amélioration des marges.

Archive