Tout sur Services

La crise sanitaire n'a pas épargné KBC, allant jusqu'à faire plonger ses résultats dans le rouge au premier trimestre. Le résultat net est conforme au consensus, mais nettement inférieur aux 702 millions d'euros enregistrés un an plus tôt; le bénéfice n'est donc pas encore totalement normalisé.

Contre toute attente, la pandémie a également soutenu l'envoi de courrier classique - faute de mieux, les gens se sont échangé énormément de cartes de voeux en décembre. Les synergies issues de l'acquisition de Sandd, son concurrent, ont elles aussi soutenu les résultats de PostNL.

Nous escomptons d'excellentes performances en 2021, d'autant que le climat boursier favorable devrait compenser la faiblesse persistante des taux d'intérêt. Ageas est un de nos dix favoris pour l'année prochaine.

Le trafic postal traditionnel souffre certes de la conjoncture économique, mais la percée définitive et la croissance fulgurante du commerce en ligne ont fait bondir le nombre de colis à expédier, dont les volumes se sont envolés d'un quart au deuxième trimestre et de 15% sur les neuf premiers mois de l'année. PostNL est, comme Adidas, soumis à la même analyse hier (lire ici), l'un de nos 10 favoris pour 2021.

Avec un ratio Solvency II de 194%, la solvabilité d'Ageas dépasse de loin les 175% au minimum obligatoires. Le bénéfice prévisionnel de 850-950 millions d'euros devrait pouvoir être atteint. Le bilan et la solvabilité de l'assureur ont séduit Standard & Poor's, qui vient d'en relever la note.

Bien que l'impact financier du rançongiciel sur Radial ne puisse encore être estimé avec précision et que la prévisibilité sur le dernier trimestre soit réduite en raison de la nouvelle vague de Covid-19, le bénéfice opérationnel ajusté de bpost devrait s'établir à 270 millions d'euros au bas mot, en 2020.

Les valorisations du secteur bancaire européen montrent que ses acteurs ne sont pas parvenus à regagner la confiance des investisseurs depuis la crise financière. L'investisseur prudent ciblera les banques présentant les meilleurs bilans et l'évolution des bénéfices la plus stable.

Excellente nouvelle pour l'actionnaire: le bénéfice du pôle logistique a crû nettement plus rapidement que celui du trafic postal n'a reculé. Ainsi vont les choses désormais; le changement structurel du comportement d'achat des consommateurs est une vraie bénédiction pour les entreprises de livraison.

Après Mark Pensaert et Alexandre Kartalis, d'autres acquéreurs potentiels pourraient vouloir tirer profit de la relative sous-valorisation, par rapport à ses concurrents européens, que son profil de croissance en Asie réserve à Ageas.

Lorsque la crise sera derrière nous et que la vie reprendra un cours à peu près normal, le courrier redeviendra, pour un temps, le plus grand contributeur au bénéfice de l'entreprise. Mais l'accélération structurelle de l'envoi de colis est irréversible.

Contre toute attente, le rapport semestriel annonce le versement d'un solde de dividende de 2,38 euros brut par action en fin d'année. La compagnie fait valoir l'excellence de son bilan et de sa solvabilité.

Dépassant les attentes, le bancassureur a dégagé un bénéfice net de 205 millions d'euros entre avril et juin. La direction a relevé son pronostic annuel en matière de revenus nets d'intérêts.

Souhaitez-vous acquérir l'action KBC à meilleur compte que son cours actuel ou miser sur une augmentation de son cours? Recourez dans ces cas à des options.

Les rapports publiés à l'issue du premier trimestre objectivent les craintes: la pandémie frappe lourdement le secteur financier. Le marché réagit mal, y compris à l'égard de KBC.

Pour bpost aussi, la crise du coronavirus entraîne une amère désillusion: si en février, le groupe postal comptait encore sur un bénéfice d'exploitation de 240 à 270 millions d'euros, la direction ne se risque aujourd'hui plus à aucune estimation pour l'exercice courant. Car cette crise, dont la durée est impossible à déterminer, pèse lourdement sur les résultats.

Parce que KBC est l'une des banques les plus solides d'Europe, nous nous attendons à ce que son action regagne plus que ce qu'elle a perdu depuis la crise sanitaire. Nous misons sur ce scénario en émettant des options "put".

Face à la crise économique provoquée par l'épidémie de Covid-19, c'est cette fois au tour des banques de nous venir en aide: pour le ministre des Finances Alexander De Croo, il leur appartient de rendre ce qu'elles ont reçu en 2008. La Belgique leur impose des mesures exceptionnelles.

PostNL souffre de l'érosion de la confiance des consommateurs et du ralentissement de la croissance des marchés virtuels matures. Le rachat de Sandd devrait lui permettre de développer des synergies et d'accroître son bénéfice opérationnel d'ici à 2022.

Archive