Tout sur Secteurs économiques

Le spécialiste des matériels agricoles a clos le deuxième trimestre de son exercice décalé sur un chiffre d'affaires et un bénéfice par action en hausse. Mais ce résultat inclut des produits exceptionnels, sans lesquels le bénéfice par action n'aurait pas été si élevé. L'inflation est trompeuse elle aussi.

Umicore a appris de ses erreurs, tandis qu'un avenir florissant attend le marché de la mobilité verte. Le groupe a tenté d'estimer le rendement financier de son programme d'investissements, mais le résultat est sans doute un peu trop vague aux yeux des investisseurs d'aujourd'hui.

L'enthousiasme consécutif à la publication des résultats n'aura été que de courte durée; c'est désormais certain, Oracle va réduire ses rachats d'actions. Toutefois, l'acquisition de Cerner et l'accord conclu avec ByteDance sont de bonnes nouvelles pour la croissance future. L'action est correctement valorisée.

Le producteur d'or et de cuivre détient un portefeuille de sites bien diversifié, affiche une excellente position financière et chouchoute ses actionnaires. Son action se négocie pour l'heure à un prix attrayant alors que, même au prix actuel de l'or, Barrick Gold est très rentable.

Les fournisseurs de données financières ont assurément encore de beaux jours devant eux. La baisse généralisée des marchés boursiers les rend désormais plus raisonnablement valorisés; sans, toujours, être bon marché, ils pourront intéresser l'investisseur en quête de qualité.

Après une année mouvementée, le chouchou de la cote bruxelloise a dévissé, plombé par les mauvaises perspectives de son concurrent. Revers de la médaille, la valorisation est redevenue attrayante. Nous relevons donc notre conseil.

Belle évolution de la rentabilité, dette suffisamment réduite pour pouvoir procéder à de nouveaux investissements, chiffre d'affaires appelé à augmenter; le groupe est prometteur, malgré le climat économique difficile. Sa valorisation est pour l'heure attrayante.

Qualcomm s'est laissé entraîner dans la débâcle des valeurs technologiques. Jugeant la sanction excessive, nous misons, à l'aide de nouvelles constructions d'options, sur un redressement du cours de l'action.

Le changement radical de politique de taux des banques centrales exerce une telle pression que les actions des mines d'or et d'argent se portent moins bien que les métaux eux-mêmes. A terme, les métaux précieux devraient faire mieux que les actions, les obligations et l'immobilier, surtout durant la seconde moitié de la décennie.

Malgré le recul de certains chiffres, First Quantum Minerals est désormais le sixième producteur de cuivre au monde. Il accélère son désendettement et pourrait payer dès cette année un dividende correspondant à 15% du cash-flow disponible après investissements, avec un minimum de 0,10 dollar par action. La volatilité à court terme est à prendre avec le reste.

Archive