Tout sur Secteurs économiques

Au cours du premier semestre, nous avons conclu différents contrats d'options pour tirer parti de la hausse ou de la baisse de certains titres. Cette semaine, nous passons en revue les positions que nous avons prises sur Barrick Gold, Barco, Alibaba, ArcelorMittal et AB InBev.

Si elles ne renoueront pas de sitôt avec leurs résultats d'avant-crise, les plus grandes chaînes hôtelières ont déjà vu leur action se redresser - signe que les investisseurs sont confiants.

A court et moyen terme, les résultats de TotalEnergies resteront largement tributaires des prix du pétrole et du gaz. Le prix du pétrole tournant aujourd'hui autour de 70 dollars le baril, le groupe dispose d'un cash-flow plus que suffisant pour financer les investissements prévus et payer le dividende de l'exercice 2020.

Le nouveau CEO considère 2021 comme une année de transition; le premier trimestre a été réjouissant, mais l'embellie doit être confirmée sur le reste de l'exercice. L'amélioration des finances augmente la probabilité d'une reprise du dividende: nous recommandons dès lors d'acheter.

Facebook a affiché des résultats impressionnants en 2020 et sa courbe de croissance demeure attrayante à long terme. L'action n'a toutefois pas franchi de nouveau sommet, car le second semestre de 2021 s'annonce plus difficile et la pression réglementaire est forte.

Le cours actuel d'Atenor tient suffisamment compte des retards que peut entraîner, à court terme (2020 et 2021), la pandémie sur les projets en portefeuille.

Le groupe multi-activités a tiré profit de la crise sanitaire, comme en témoignent les impressionnants trimestriels publiés. Mais ces derniers n'ont pas été récompensés en Bourse. La valorisation de l'action est tendue.

Les perspectives du groupe néerlandais pour le prochain exercice ont déçu le marché, mais nous ne sommes pas inquiets: ASML est toujours ultraprudent. Ce qui compte à nos yeux, c'est que ses objectifs à long terme sont maintenus. Par ailleurs, en dépit de la crise sanitaire, le groupe devrait signer un chiffre d'affaires record cette année.

Le glissement, dû à la situation sanitaire et appelé à durer plusieurs trimestres encore, dans la contribution des divers pôles, a légèrement pesé sur la marge bénéficiaire brute. Fagron ayant étoffé ses stocks pour maximiser la disponibilité de ses produits, son endettement net a augmenté au premier semestre.

Le marché a d'abord réagi avec enthousiasme au rapport semestriel du plus grand aciériste au monde, avec des chiffres moins négatifs que prévu, mais a par la suite pris ombrage des perspectives très prudentes. Nous attendons un repli boursier pour relever le conseil.

Après le dévissage de mars, le pétrole est revenu à la hausse. Mais très peu de fondamentaux peuvent actuellement justifier une nouvelle hausse des prix. L'on peut donc envisager, avec prudence, le recours à des "trackers".

La rédaction répond à la question d'un abonné: "OCI se substituerait-elle avantageusement à Nutrien ou Mosaic? L'actionnaire principal a récemment étoffé sa position et un fonds de Bill Gates est présent dans le capital."

En termes de coût de production, de croissance et de réserves, AngloGold Ashanti reste dans l'ombre de Newmont et Barrick, mais sa valorisation est nettement plus faible. Pour l'instant, nous tablons sur un impact limité de la crise du coronavirus sur la production.

Alors même que l'action du spécialiste de la thérapie cellulaire commençait à reprendre de la vigueur, son cours a fondu de moitié en un mois et la crise du coronavirus complique la recherche de financement. Mais l'entreprise devrait être en mesure de surmonter cette période difficile.

La société spécialisée dans les diagnostics a réussi son pari: pérenniser la hausse des ventes de tests ConfirmMDx au quatrième trimestre. Le test SelectMDx est aussi bien orienté. Sur cette base, le CEO table sur un chiffre d'affaires compris entre 27 et 30 millions de dollars pour 2020.

Archive