Tout sur Royal Dutch Shell

Le producteur de pétrole et de gaz naturel a souffert de la baisse des cours des hydrocarbures en 2020, mais dans une moindre mesure que ses concurrents. Il mise sur les énergies renouvelables pour redorer son blason et aborder l'avenir avec confiance. A une fois la valeur comptable, l'action présente une valorisation séduisante.

La compagnie pétrolière, qui avait initialement souffert de la crise sanitaire, respire un peu mieux depuis que le baril de brut évolue autour de 40 dollars. Pour contenter les investisseurs, elle a augmenté symboliquement le dividende. Du fait de la forte baisse du cours, le rendement reste attrayant.

Le plan de réorganisation, et les économies structurelles auxquelles il va mener, constituent une démarche cruciale pour une entreprise qui entend se concentrer davantage sur les énergies renouvelables et le marché de l'électricité.

Le groupe accuse sa première perte trimestrielle depuis 2005. Trop bas, le prix moyen du baril de pétrole brut au 2e trimestre a fragilisé l'ensemble du secteur. Ce dernier est boudé, mais Shell nous paraît sous-valorisée.

Voici une actualisation de la situation pour les constructions avec Galapagos, Boskalis, Boeing, Royal Dutch Shell et Exxon que nous vous avons présentées au cours des derniers mois.

Les résultats trimestriels meilleurs que prévu de Royal Dutch Shell ont été complètement éclipsés par l'annonce de la réduction historique de son dividende. Le géant de l'énergie n'avait plus écrémé celui-ci depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le secteur de l'énergie connaît une crise profonde.

Après l'accord de réduction de la production de pétrole trouvé par l'Opep+, les valeurs pétrolières recèlent des opportunités qui ne se révéleront pleinement qu'une fois levé le blocage de l'économie lié au coronavirus. Nous préférons faire la chasse aux primes.

L'étalement du rachat de ses actions annoncé récemment a déçu les investisseurs mais à notre estime, le groupe en séduira encore plus d'un car son dividende n'est pas négligeable du tout. Voici deux manières de miser, à l'aide d'options, sur une hausse du cours de l'action.

Royal Dutch Shell a eu beau faire part de résultats trimestriels meilleurs que prévu, c'est surtout son annonce d'une possible prolongation du programme de rachats d'actions qui a retenu l'attention du marché.

La compagnie pétrolière anglo-néerlandaise est le grand chouchou de cette rentrée. Il est possible d'intégrer cette action à dividendes à votre portefeuille à bon compte via des options.

La déception suscitée par les résultats du deuxième trimestre résulte de facteurs de marché temporaires. Les fondamentaux du groupe pétrolier, et surtout sa trésorerie, sont sains et un redressement des performances semble donc possible.

La major Royal Dutch Shell continue de céder des actifs pour réduire son endettement et investir dans de nouveaux projets. Elle a par ailleurs lancé le plan de rachats de ses titres annoncé. Et si l'an dernier sa production a encore stagné, cela devrait changer : 150.000 barils supplémentaires par jour sont attendus.

Nous entrons de plain-pied dans la saison des résultats. D'une manière générale, les marchés boursiers ont tellement dévissé au dernier trimestre que les perspectives moins favorables sont déjà en partie intégrées dans les cours.

Après son dévissage, le cours de l'action Shell va nécessairement reprendre de la hauteur. Peut-être pas pour longtemps. C'est pourquoi l'on privilégiera les options n'échéant pas plus tard que dans quatre mois, pour miser sur ce scénario.

Après la récente envolée des cours des matières premières énergétiques, les investisseurs avaient placé la barre très haut pour Royal Dutch Shell. Mais les résultats publiés au terme du deuxième trimestre ont déçu et fait plonger le titre de 4%.

Que le chiffre d'affaires et le bénéfice aient augmenté au premier trimestre, c'est bien, mais le marché espérait qu'il en irait de même pour les cash-flows de Royal Dutch Shell. Et les investisseurs ont trouvé d'autres raisons encore pour sanctionner l'action. Rappelons néanmoins que les perspectives formulées par la direction sont engageantes et que le rendement du dividende rend l'action attrayante.

Le groupe Royal Dutch Shell a vu ses bénéfices comme ses cash-flows augmenter l'an dernier. L'autre bonne nouvelle, c'est que la récente hausse des prix de l'or noir ne s'est pas encore répercutée sur les actions du secteur. Cerise sur le gâteau: Shell octroie toujours un dividende dont le rendement est élevé.

Les investisseurs qui ne détiennent pas encore d'actions Royal Dutch Shell peuvent essayer d'obtenir les actions à meilleur compte en émettant des puts.

Archive