Tout sur PNE

La nouvelle dénomination de l'entreprise n'est pas anodine. Elle veut étendre ses activités à d'autres formes d'énergie renouvelable. L'on peut s'attendre à ce que 2022 soit le prochain très bon exercice de PNE.

Le nouveau plan stratégique du groupe, annoncé l'an dernier, a reçu un accueil mitigé. Les nouveaux types de projets dans lesquels il va (et a commencé à) investir ne contribueront de manière significative au résultat qu'en 2020. Nous avons donc le temps de nous délester des titres, pour mieux les accumuler, à meilleur compte.

Anticipant une baisse des prix ainsi qu'une érosion de ses marges en Allemagne, le spécialiste de l'énergie éolienne veut constituer d'ici 2019/2020 un portefeuille européen de parcs de 200 mégawatts au total.

Archive