Tout sur Orange Belgium

S'il ne faut plus trop espérer de croissance des chiffres d'affaires dans le secteur des télécoms, croire en une amélioration de la rentabilité des acteurs n'est pas fou. C'est le cas d'Orange Belgium.

A court terme, aucune amélioration notable n'est à attendre dans le secteur européen des télécoms. Les valorisations sont faibles, mais parfois doublées d'une rémunération pour l'actionnaire.

Le groupe de télécommunications s'en est bien sorti au premier trimestre. Il souffre moins que Telenet de la nouvelle offre câblée d'Orange Belgium. L'on peut s'attendre à ce que Proximus verse un dividende inchangé de 1,5 euro cette année et l'an prochain.

A moins de cinq fois le bénéfice d'exploitation (Ebit), l'action Orange Belgium est nettement meilleur marché que celles de la concurrence, dont le rapport se situe entre six et sept en moyenne.

La filiale du groupe français Orange a l'ambition de devenir un acteur de premier plan dans son secteur et de briser ainsi le duopole composé de Telenet et de Proximus. Elle n'y est pas encore. L'action est peu chère.

Le deuxième trimestre d'Orange Belgium laisse une impression mitigée. Chiffre d'affaires et bénéfice opérationnel ont dépassé les attentes, mais une hausse inférieure aux prévisions du nombre de nouveaux abonnés au câble a pesé sur le sentiment.

L'action de l'opérateur belge des télécoms a reculé de 5% en réaction à la publication de ses résultats trimestriels. Proximus avait pourtant tiré profit quelques jours plus tôt de l'abaissement annoncé de l'impôt des sociétés.

Le modèle d'affaires de l'entreprise a toujours reposé sur la croissance. Or elle n'est plus au rendez-vous. Comme l'a précisé le CEO Bert de Graeve, la distribution d'un dividende n'est absolument pas garantie. Telenet doit réaliser de nouvelles acquisitions. La prime de l'action par rapport à ses concurrentes n'est pas justifiée.

Orange Belgium parvient après plusieurs années difficiles à regarder à nouveau devant lui, grâce à l'extension de son offre. On ne doit cependant pas espérer de croissance soutenue. L'action s'échange à 5,5 fois le cash-flow opérationnel ; c'est bien meilleur marché que la moyenne du secteur.

L'entreprise cherche 100.000 nouveaux clients. C'est du moins ce qu'il lui faudrait pour atteindre son objectif d'une part de marché de 10% d'ici 2020. Orange a légèrement relevé ses prévisions de bénéfice opérationnel pour 2016. L'action, actuellement bon marché, est digne d'achat.

La suppression de la taxe sur les pylônes et le prolongement du contrat de location avec Telenet sont deux éléments positifs pour l'ancien Mobistar.

Archive