Tout sur Or et métaux précieux

Le producteur d'or et de cuivre détient un portefeuille de sites bien diversifié, affiche une excellente position financière et chouchoute ses actionnaires. Son action se négocie pour l'heure à un prix attrayant alors que, même au prix actuel de l'or, Barrick Gold est très rentable.

Le changement radical de politique de taux des banques centrales exerce une telle pression que les actions des mines d'or et d'argent se portent moins bien que les métaux eux-mêmes. A terme, les métaux précieux devraient faire mieux que les actions, les obligations et l'immobilier, surtout durant la seconde moitié de la décennie.

Solaris Exploration accueillera tous les projets Solaris, sauf Warintza, qui restera dans Resources et dont le rachat par une major spécialisée devrait se trouver facilité. Le déficit structurel des réserves de cuivre prévu à partir de 2025 fera immanquablement remonter le titre, et rendra même nécessaire la construction d'autres mines.

Gold Fields a pourtant raison de chercher à compenser le manque relatif de perspectives de croissance et la concentration géographique de ses réserves. Les synergies annoncées déçoivent, mais le prix payé par once troy de réserves est plus qu'acceptable.

Plusieurs motifs ont incité les investisseurs à sanctionner le titre. C'est sans compter sur l'impressionnant programme de croissance du groupe, qui devrait lui permettre de produire, à terme, un million d'onces troy d'or par an.

L'action du producteur d'argent et d'or s'est laissé entraîner dans la baisse des prix des métaux précieux ces dernières semaines. First Majestic est toutefois toujours en bonne voie pour réaliser ses prévisions pour 2022. Il est par ailleurs financièrement sain.

Il est regrettable qu'un marché morose n'ait accordé que peu d'attention au rapport trimestriel de l'entreprise de streaming, dont les résultats opérationnels laissent peu de place à la critique et dont le pipeline est généreusement garni.

L'exercice 2021 a été à peine meilleur que les deux précédents, catastrophiques, pour le groupe. Il reste déficitaire malgré la reprise de la production et la réduction du coût moyen de production, lequel demeure toutefois élevé. Ses résultats sont encore bien en deçà de ceux de ses concurrents.

L'exercice en cours, lui, s'annonce en demi-teinte pour le producteur de métaux: la grève des mineurs d'or se poursuit en Afrique du Sud et Appian Capital va chercher à obtenir un dédommagement pour l'acquisition à laquelle Sibanye renonce désormais. Mais les prix de nombre de métaux sont appelés à augmenter.

Malgré les difficultés auxquelles il s'est heurté au premier trimestre, Alexco Resource est un projet prometteur, au potentiel de croissance réel. Toutes les conditions sont réunies pour qu'il effectue la percée prévue pour cette année.

L'envolée des prix des matières premières est tout bénéfice pour Rio Tinto, qui ne sent même pas passer celle des coûts de l'énergie et de la main-d'oeuvre. Ses cash-flows permettent à la société minière d'investir, de rembourser sa dette et de choyer ses actionnaires.

Les problèmes opérationnels résolus, l'année s'annonce meilleure que la précédente, d'autant que les métaux précieux sont appelés à s'apprécier encore. La production comme le dividende devraient augmenter.

Archive