Tout sur Options sur titres

Après un net rebond au deuxième trimestre, l'action du producteur de sauces marque le pas. Mais comme les perspectives sont bonnes, nous vous proposons de miser à la hausse à l'aide d'options. Voici deux stratégies.

Il peut, lorsque, comme dans le cas de Boskalis, une correction intermédiaire semble imminente, être plus intéressant de travailler avec un "put" émis que d'acheter l'action directement: peut-être celle-ci sera-t-elle disponible à moindre coût dans les mois qui viennent.

La conjoncture semble réjouissante pour l'armateur de pétroliers. A ceux qui n'avaient pas opté pour notre première stratégie de put fin avril, ou qui souhaitent renforcer leur exposition au titre, nous proposons deux constructions pour profiter de sa prochaine hausse.

L'action du premier brasseur mondial a souffert ces dernières semaines, après la publication des résultats du premier semestre. Toutefois, nous prévoyons une forte reprise après l'été. Nous achetons un call et émettons un put.

Entrevoyant désormais des opportunités à un peu plus long terme, nous appliquons notre tactique éprouvée: nous émettons un "put" et achetons un "call". Cette dernière méthode est la façon la plus simple de miser à la hausse avec des options.

Au cours du premier semestre, nous avons conclu différents contrats d'options pour tirer parti de la hausse ou de la baisse de certains titres. Cette semaine, nous passons en revue les positions que nous avons prises sur Barrick Gold, Barco, Alibaba, ArcelorMittal et AB InBev.

L'entreprise sud-africaine qui a échoué à racheter Just Eat a apparemment repris confiance. Son action a déjà valu bien plus qu'aujourd'hui. Nous misons, à l'aide d'options, sur sa hausse prochaine.

Parce que son action est pour l'heure moins chère que celles de la concurrence et que les investissements qu'a consentis le groupe devraient porter leurs fruits l'an prochain, nous parions, à l'aide de deux contrats, que le titre va s'apprécier.

Les contrats "puts" sont pour qui ne détient pas d'actions une manière de gagner un peu d'argent quand le cours se traîne et, pour les autres, une protection contre le risque de recul.

Même sans personne à la barre, l'opérateur postal belge signe un excellent premier trimestre. Son avenir semble radieux. Deux constructions nous permettent de profiter de la hausse attendue.

Techniquement, Barco se porte bien. Son potentiel est réel. Fondamentalement aussi, l'entreprise a le vent en poupe. Il n'y a aucune raison de ne pas réitérer les stratégies mises en place au début de l'année.

Ceux qui ont investi dans Coca-Cola ou LVMH se réjouissent du beau redressement de ces actions après leur plongeon au début de la crise sanitaire. L'on peut tenter de maximiser le rendement à l'aide de calls.

Grandeur, puis déchéance: l'action de l'armateur de pétroliers belge évolue au fil des (dés)illusions des investisseurs. Nous ne partageons toutefois pas les avis négatifs et proposons de tirer parti d'une hausse probable par un contrat d'option.

Si les actions KBC et ING se négocient à un niveau proche du cours le plus élevé atteint ces 12 derniers mois, elles ont déjà été plus chères. Leur potentiel de hausse est même considérable. Nous l'anticipons, à l'aide d'options.

Il y a 10 ans, quand le cours de l'or était inférieur à ce qu'il est aujourd'hui, l'action Barrick Gold se négociait à 50 dollars. La baisse des coûts de production et l'allègement de la dette ont contribué à améliorer la situation financière du groupe; il est en outre très probable que la mine Porgera, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, rouvrira.

Le "synthetic long call" offre le même potentiel de gain que le "call" acheté, tout en étant assorti d'une assurance. La stratégie consiste à combiner l'achat d'actions UCB et l'acquisition simultanée d'une option "put" sur ces mêmes titres.

Archive