Tout sur Métaux et minéraux

Le groupe spécialisé dans les métaux du groupe platine a signé un très bon premier semestre. Le recul des cours des métaux devrait se faire sentir au deuxième, mais le groupe reste très rentable et sa diversification dans les métaux pour batteries est positive à long terme.

Le récent décrochage de l'action, lié à la baisse du prix du minerai de fer, offre une opportunité d'investissement. Le groupe occupe une position unique sur son marché et est encore très rentable.

Le prix de la tonne de minerai de fer, matière essentielle dans la fabrication de l'acier, a baissé de moitié en moins de deux mois, alors qu'il avait atteint des niveaux records au printemps et en été.

Le cours de la tonne d'aluminium a déjà augmenté d'un tiers cette année. Il a même atteint début août son niveau le plus élevé depuis 2011 et a été multiplié par près de deux depuis mars 2020, où il était tombé à un plancher.

La rédaction répond à la question d'un abonné: "L'acquisition de la gestion de l'ancienne Uranium Participation Corp par Sprott Asset Management est finalisée. Allez-vous échanger Yellow Cake contre Sprott Physical Uranium Trust dans le portefeuille modèle?"

Portée par des trimestriels meilleurs que prévu, l'action d'ArcelorMittal a atteint son plus haut niveau depuis 2018. Elle va probablement marquer une pause, mais ne devrait pas dévisser. Nous abaissons notre conseil.

Le groupe belge surfe sur une vague cyclique ascendante. Le secteur automobile se remet de la crise sanitaire, ce qui dope les ventes de catalyseurs, et l'envolée des cours des métaux précieux profite à la division Recyclage. La valorisation de l'action est juste.

Très prisé en raison de ses applications vertes, le cuivre a vu son cours augmenter de 120% en un an. Les analystes ne parviennent en revanche pas à s'accorder sur le caractère pérenne de cette hausse. La prise de positions longues semble risquée.

Très supérieur au consensus, l'Ebitda trimestriel est le plus élevé des 10 dernières années. Il est à mettre au crédit de la division minière, suivie, par ordre décroissant d'importance, de l'Europe, du Brésil et des autres pays.

Les affaires reprennent dans toutes les divisions. Si le pôle Recyclage demeure une véritable poule aux oeufs d'or, le bénéfice opérationnel de l'activité Catalyseurs devrait augmenter considérablement cette année. Les prévisions de la division qui produit des matériaux cathodiques destinés aux batteries de voitures électriques sont elles aussi encourageantes.

Entrant dans la composition de l'acier et des batteries de stockage industriel, le vanadium pourrait venir à manquer d'ici deux ans. Tirer profit d'une potentielle hausse des taux requiert toutefois quelques détours.

La rédaction répond à la question d'un abonné: "NovaGold n'en finit plus de reculer tandis qu'enCore Energy s'est nettement appréciée. Que faire de ces actions?"

Après une année difficile, marquée néanmoins par un chiffre d'affaires record au quatrième trimestre, le groupe s'attend à ce que sa production se normalise. Les prix actuels des métaux précieux, et davantage ceux de l'argent, portent son cash-flow opérationnel.

Le sidérurgiste devrait tirer les fruits de l'allègement de ses coûts et de la reprise attendue. Pour l'investisseur désireux de profiter de la hausse du cours, il est possible, outre un achat direct d'actions, de se positionner via des options - une stratégie qui s'est déjà révélée porteuse.

Archive