Tout sur Marché des métaux

Après une année difficile, marquée néanmoins par un chiffre d'affaires record au quatrième trimestre, le groupe s'attend à ce que sa production se normalise. Les prix actuels des métaux précieux, et davantage ceux de l'argent, portent son cash-flow opérationnel.

La remontée des prix, seul élément susceptible de stimuler l'offre, devrait désormais permettre aux volumes d'augmenter peu à peu sur le marché des contrats à terme.

Dans l'industrie de l'uranium, il n'est toujours pas question de produire à grande échelle, ni d'investir dans de nouvelles capacités: les prix sont trop bas. Tous les grands acteurs limitent leur production, et la donne ne changera pas à court terme. Cameco clôt un exercice 2020 plus que correct.

L'histoire d'enCore Energy Corp sera-t-elle aussi belle que celle d'Energy Metals Corp? L'entreprise révolutionnera-t-elle le secteur, avec sa méthode d'extraction de l'uranium? Nous commençons en tout cas à la suivre de près.

Ultrasensible à l'évolution de l'activité économique, le cours du métal rouge est revenu à son plus bas niveau des trois dernières années. L'offre comme la demande sont affectées, si bien qu'il est impossible de pronostiquer l'orientation prochaine de son prix. Une chose est sûre: à plus long terme, il se reprendra.

Selon nous, le cours du cuivre ne devrait pas revenir au niveau plancher atteint il y a trois ans. Sa tendance à très long terme est haussière, vu les investissements en infrastructure, entre autres, nécessaires dans le monde.

La rédaction de l'Initié répond à la question d'un abonné: "Je souhaite accroître mon exposition au secteur de l'uranium. Je détiens déjà des titres ValOre Metals, Uranium Participation et Cameco. Le secteur recèle-t-il d'autres actions sous-valorisées ou devrais-je plutôt accumuler ValOre Metals (qui ne cesse de perdre de la valeur)?

Archive