Tout sur Maladies et état de santé

La rédaction de l'Initié répond à la question d'un lecteur: "Gilead Sciences ayant renoncé en décembre à demander que, contre les rhumatismes, le Jyseleca (filgotinib) soit admis à la vente aux Etats-Unis, dois-je vendre mes actions?"

L'entreprise a su prendre de bonnes décisions, quand la pandémie a éclaté. La marché a salué ses trimestriels et perspectives. Selon nous, les opportunités de voir l'action Biocartis se redresser ne devraient pas manquer en 2021.

La rédaction répond à la question d'un abonné: "L'offre de Sanofi est-elle acceptable? J'avais acquis Kiadis Pharma à plus de sept euros."

Loin de se laisser décourager par l'accumulation de déconvenues, Daniel O'Day, le CEO de Gilead, a récemment annoncé plusieurs acquisitions et accords de collaboration. Le fil rouge: l'immunologie du cancer, franchise relativement nouvelle pour le laboratoire américain.

La stéatohépatite non alcoolique pourra-t-elle enfin être traitée? Le Lanifibranor d'Inventiva est en tout cas la première molécule à atteindre les deux objectifs primaires pris en compte pour une possible approbation accélérée par les organes de contrôle américain et européen.

La rédaction répond à la question d'un abonné: "Gilead Sciences perd à nouveau du terrain, ces dernières semaines. Est-ce lié aux dernières informations concernant le remdesivir, le médicament potentiel contre le Covid-19?"

Oxurion n'est pas épargné par la crise sanitaire, mais le report de l'étude de phase II sur le THR-149 lui permet également de différer une partie des dépenses. Le THR-149 associé à l'inhibiteur d'intégrine THR-687 est désormais le principal fer de lance de son pipeline.

La rédaction répond à la question d'un abonné: "L'engouement pour Gilead Sciences, dont le remdesivir pourrait permettre de lutter contre le Covid-19, est-il fondé ou purement spéculatif?"

Le coronavirus monopolise la une et fait planer son ombre sur les marchés financiers. Mais son incidence sur la croissance chinoise devrait être limité et le moment est probablement bien choisi pour renforcer les positions en Chine.

Son rapport relatif au troisième trimestre a été plutôt mal accueilli par le marché. Pour doter l'entreprise d'un nouveau profil de croissance, Daniel O'Day, à la tête de Gilead Sciences depuis mars de cette année, a encore du pain sur la planche.

Le dépassement des prévisions s'explique entre autres par la réussite du démarrage commercial aux Etats-Unis, où plusieurs centres d'oncologie renommés sont désormais convaincus.

C'est logique, le cours de Biocartis a reculé après l'augmentation de capital de fin novembre. L'opération avait rencontré un énorme succès. Il faut dire que l'entreprise l'a effectuée à point nommé. Ses progrès rapides lui permettront de devenir rentable à partir de 2019 ou 2020.

Archive