Tout sur Loisirs

Disney est une des actions les moins performantes du Dow Jones. Mais le chiffre d'affaires, le bénéfice et les investissements du groupe sont bien plus élevés que la dernière fois où l'action avait atteint un niveau identique.

Après mûre réflexion, alors que le secteur du jeu est en pleine consolidation, Take-Two a lancé une offre sur Zynga, qui lui permettra de faire passer de 12 à 50% la part des jeux mobiles dans son chiffre d'affaires.

Le secteur a bien entendu souffert, les exploitants de parcs ayant été contraints l'an dernier d'en fermer les portes pour longtemps. Disney s'en démarque, puisque le cours de son action s'est redressé de plus de 50% sur les 12 derniers mois; pour les investisseurs, il ne fait aucun doute que le groupe verra son chiffre d'affaires progresser ces prochaines années. L'on peut dès lors espérer que le secteur profitera de cet optimisme.

Le manque de capacités de production dans l'industrie des semi-conducteurs réduit le potentiel de croissance de Nvidia, à court terme. Par ailleurs, le marché craint que la croissance du segment Gaming ne s'essouffle et se demande si celle de l'activité Datacenter va se reprendre.

Enormément de jeux en ligne sont aujourd'hui proposés gratuitement, ce qui ne les empêche pas de représenter plus de 80% des revenus des sociétés spécialisées, grâce à ce que l'on appelle les micro-transactions. Celles-ci sont tellement nombreuses qu'elles tirent véritablement les profits vers le haut.

Le tourisme et les loisirs sont deux des secteurs sur lesquels le confinement aura pesé le plus longtemps. Ils redémarrent aujourd'hui timidement, à des allures et avec des bonheurs divers.

Au trimestre écoulé, le chiffre d'affaires du groupe a progressé d'un appréciable 9%. Il aura fallu attendre plusieurs années, mais la progression du cours de l'action récompense désormais l'investisseur patient. Le potentiel demeure cependant suffisant pour maintenir le conseil d'achat.

Archive