Tout sur Logistique

Les bénéfices de l'activité courrier traditionnelle vont continuer à souffrir du désamour à l'égard du papier. Mais si bpost parvient à rentabiliser l'acheminement des colis, y compris lorsque les volumes sont élevés, les dérapages comme ceux constatés au quatrième trimestre appartiendront au passé.

Les confinements n'ont pas touché uniformément tous les segments - l'immobilier logistique, par exemple, sort même renforcé de la pandémie. Vu le rythme du vieillissement de la population en Europe, l'immobilier de soins a encore de beaux jours devant lui. A l'autre bout du spectre, l'immobilier de bureau et l'immobilier commercial paient un très lourd tribut à la crise.

Les bonnes performances de Vivendi et, surtout, de sa filiale Universal Music Group ne se reflètent pas suffisamment dans l'évolution du cours de l'action Bolloré. L'entrée en Bourse d'Amsterdam du label de musique américain doit propulser vers le haut la valeur boursière de Vivendi (et celle de Bolloré).

Bien que l'impact financier du rançongiciel sur Radial ne puisse encore être estimé avec précision et que la prévisibilité sur le dernier trimestre soit réduite en raison de la nouvelle vague de Covid-19, le bénéfice opérationnel ajusté de bpost devrait s'établir à 270 millions d'euros au bas mot, en 2020.

Le dévissage de l'action en mars a été une parfaite occasion de se positionner. Le titre affiche depuis une santé insolente, car la pandémie alimente la demande d'immobilier logistique.

Après la publication des résultats du 1er semestre de 2019 et deux hausses de plus de 30% du cours depuis le début de l'année, le conseil d'administration de cette société immobilière réglementée (SIR) spécialisée dans les espaces de stockage a proposé de diviser l'action par sept pour faciliter sa négociation.

Archive