Tout sur Kinross Gold

Les mines aurifères ont le vent en poupe. L'indice VanEck Vectors Gold Miners a bondi de 135% entre mars et début août, pour ralentir quelque peu depuis. Examinons la situation de cinq grands exploitants, qui pèsent d'un poids certain dans cet indice.

Cette entreprise d'exploration détient 70% du Bloc 14, un véritable trésor au Soudan. La réserve de cette concession est estimée pour l'heure à un peu plus de 4 millions d'onces troy d'or.

Son projet Block 14 est devenu l'un des projets d'exploration les plus attrayants d'Afrique. L'étude de faisabilité définitive, qui sera publiée en mai, fera probablement état d'une production annuelle moyenne prévisionnelle revue à la hausse à plus de 200.000 onces troy.

Kinross s'échange moyennant une décote par rapport à ses concurrents. La structure de coûts du producteur d'or et ses risques opérationnels plus élevés qu'ailleurs peuvent l'expliquer. Mais son taux d'endettement est nettement réduit. Le potentiel haussier du titre est significatif.

Malgré ses performances impressionnantes du début de l'année, Kinross s'échange sous son sommet de fin avril. Une reprise de la hausse nécessite une nouvelle progression du cours de l'or.

Les résultats trimestriels n'étaient pas mauvais, mais après un quasi-triplement de l'action en quatre mois, trop peu d'éléments justifient une hausse de cours à brève échéance. La valorisation, qui dans l'intervalle a augmenté, n'est, à 1,5 fois la valeur comptable, pas encore excessive.

Archive