Tout sur John Deere

Ce groupe très rentable a, une nouvelle fois, publié des chiffres au-delà du consensus et est bien parti pour battre de nouveaux records. Le secteur agricole recèle cependant des valeurs plus intéressantes.

Le numéro un mondial des machines agricoles signe un très bon dernier trimestre au niveau de son coeur de métier, si bien que la direction a relevé les prévisions pour l'exercice en cours. L'action a franchi un record historique en 2020 et reste orientée à la hausse, mais elle nous semble trop onéreuse.

Pour le plus grand fabricant de matériel agricole au monde, l'exercice 2019-2020 touche à sa fin (30 octobre). Publiés fin août, ses résultats du troisième trimestre (période de mai à juillet) montrent que la crise sanitaire ne l'a pas épargné, lui non plus. Mais le groupe a battu le consensus.

Le groupe s'en sort beaucoup moins mal que ce que lui-même, et les analystes dans la foulée, avaient craint. La chute des ventes d'engins agricoles est moins brutale que prévu, par exemple.

Compte tenu de la remarquable évolution du cours ces 12 derniers mois, nous ne pouvons que regretter d'avoir cédé trop rapidement le titre. Mais celui-ci est trop cher, à présent. Dans le secteur agricole, il existe des actions moins onéreuses.

Pour la première fois en quatre ans, le groupe américain a renoué avec la croissance de son chiffre d'affaires. Les engins agricoles du groupe se sont bien vendus des deux côtés de l'Atlantique. En réaction, le cours de l'action a franchi le seuil des 140 dollars, ce qui est une grande première dans l'histoire de Deere.

Pour la première fois depuis le premier trimestre 2012-2013, le groupe a renoué avec une croissance de son chiffre d'affaires sur une base annuelle. Le marché a accueilli la nouvelle avec enthousiasme : le titre a clôturé au-delà des 120 dollars.

Archive