Tout sur Industrie aérospatiale

Au premier semestre, l'avionneur européen a vu son chiffre d'affaires diminuer de près de 40%. Au deuxième trimestre, seuls huit appareils commerciaux ont été commandés, contre 290 encore au premier.

Si nous avons commencé à suivre activement l'action Airbus alors même que l'aéronautique est très affectée par le coronavirus, c'est précisément parce que lors des crises il est possible d'acheter ce type de valeurs à un cours raisonnable, en vue d'une conservation pour plusieurs années.

L'avionneur américain, déjà tourmenté par de nombreux problèmes, dont la saga du B737 MAX, n'échappe pas à la morosité ambiante suscitée par le coronavirus. Mais pour l'investisseur en options, il y a des raisons de se réjouir.

Les récents déboires du B737 Max n'ont pour l'instant pas trop plombé le cours de l'action, mais les investisseurs commencent à douter. Nous vous proposons ici deux stratégies pour miser sur une baisse.

Archive