Tout sur Indonésie

Sa production annuelle pourrait dépasser pour la première fois les 400.000 tonnes, et le cours de l'huile de palme se maintient à des niveaux élevés; l'exercice s'annonçant très bon, nous ne serions pas étonnés si l'action touchait, voire dépassait cette année le sommet historique qu'elle a atteint en 2011.

La guerre en Ukraine fait bondir les cours de l'énergie, mais aussi des céréales. Le grenier à céréales du monde est en effet devenu inaccessible. L'on ne peut, à ce stade, parler de pénurie. Mais la donne pourrait changer, si le conflit se prolongeait.

Comme nous l'espérions, le groupe agro-industriel anversois a enregistré des résultats records en 2021. De plus, ses perspectives pour 2022 sont excellentes.

Après deux exercices annuels franchement mauvais, le cru 2021 du groupe anversois actif dans les plantations ne pouvait être que meilleur. Et il l'est. Il est même très bon, et ce grâce à l'association de quatre éléments.

Le groupe agroalimentaire a profité d'une météo et d'un effet prix favorable et voit sa production croître. Le nouveau mécanisme de droits à l'exportation est toutefois source d'incertitudes et vient tempérer notre enthousiasme.

Les récoltes d'huiles concurrentes (tournesol, colza) s'annonçant mauvaises et compte tenu d'un marché du soja tendu, la demande et donc le cours de l'huile de palme ont encore progressé ces derniers mois. SIPEF a d'ores et déjà vendu 94% de la production escomptée pour l'année au prix moyen de 703 dollars la tonne. Or le cours de SIPEF stagne.

Le groupe anversois SIPEF a enregistré des résultats conformes aux attentes, au premier semestre. Pour réduire les coûts, il reporte à l'année prochaine plusieurs investissements, mais continue d'investir dans l'expansion de la superficie cultivée.

On peut évoquer une bulle: une tonne de ce métal vaut aujourd'hui plus de 70% de plus qu'au début de cette année. Il n'en va pas du tout de même des autres métaux de base.

Le deuxième trimestre aussi, devrait se révéler moins bon que prévu. Les projections du groupe à plus long terme sont heureusement plus favorables. Le niveau actuel du cours de l'action constitue par conséquent une opportunité.

La rédaction répond à la question d'un abonné: "Velcan stagne. Recommandez-vous toujours de conserver les titres de cette entreprise?"

La direction du groupe ne pronostiquant qu'une légère amélioration de la production à partir du deuxième trimestre, nombre d'investisseurs doutent que les prévisions annuelles seront atteintes. Nous demeurons confiants: les perspectives à plus long terme sont bonnes, et Sipef continue d'investir dans son expansion.

La rédaction répond à la question d'un abonné: "MP Evans n'a plus fait parler de lui ces derniers mois. Croyez-vous toujours que Kuala Lumpur Kepong tentera une nouvelle fois de l'acquérir?"

La production a beau augmenter, le bénéfice de Sipef déçoit. Toutefois, le cours de l'huile de palme ne se dépréciera pas éternellement.

Le groupe continue de les rétribuer toujours plus, mais ses actionnaires ne s'en enthousiasment pas. L'escalade des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis les inquiètent.

Le groupe belge connaît pour l'heure une période de forte croissance. Mais le bénéfice ne progresse pas au même rythme que le chiffre d'affaires. L'augmentation des prix des matières premières pèse en effet lourdement sur la marge bénéficiaire de Sioen.

Le groupe de plantations a rapporté de beaux chiffres semestriels. La croissance de sa production est déjà assurée pour la prochaine décennie. Son action, toujours trop faiblement valorisée à nos yeux, est digne d'achat.

Les chiffres annuels du producteur d'huile de palme sont tout à fait corrects. De plus, au premier trimestre, la production a augmenté de 20% et le prix de l'huile de palme s'est apprécié de plus de 20% par rapport au même trimestre un an plus tôt. Le groupe table toujours à terme sur une extension non négligeable de la superficie cultivée. À nos yeux toujours trop bon marché, l'action est digne d'achat.

Archive