Tout sur immobilier de bureaux

Le bénéfice et le rendement du dividende de Cofinimmo offrent une prime de risque suffisamment importante pour que les investisseurs privilégient son action plutôt que les obligations d'Etat, même si ces dernières sont redevenues intéressantes (rendement de près de 1%, sans risque).

Malgré un résultat en hausse, fruit de sa diversification en Europe, le promoteur peine à convaincre les investisseurs, alors que les perspectives pour l'immobilier de bureaux restent ternes. Son action pourrait selon nous se redresser dans les 12 à 24 mois qui viennent.

Pour la première fois depuis 2018, Wereldhave Belgium va augmenter son dividende brut annuel, à 4,10 euros par action (2,87 euros nets). Le titre est à nos yeux toujours trop faiblement valorisé.

Le 30 septembre, la valeur intrinsèque atteignait 75,27 euros par action; si elle s'est redressée timidement par rapport à son niveau de mi-2021 (74,15 euros), elle est encore inférieure à celui de fin 2020 (78,20 euros), par exemple.

La crise sanitaire a fait des perdants mais aussi, des gagnants, parmi les sociétés immobilières réglementées. En provoquant des glissements, elle va permettre de combiner avantageusement opportunités de croissance et rendements en dividende.

L'acquisition de nouveaux projets a propulsé la valeur de réalisation du portefeuille de 5,1 milliards d'euros fin décembre à 5,4 milliards fin juin. Au vu du pipeline, le bénéfice devrait se redresser au cours des années qui viennent.

La réorientation stratégique de la SIR est payante. Elle a été bien inspirée de délaisser quelque peu les bureaux au profit de l'immobilier de santé. Le portefeuille résiste bien. Nous maintenons notre recommandation d'achat.

Les confinements n'ont pas touché uniformément tous les segments - l'immobilier logistique, par exemple, sort même renforcé de la pandémie. Vu le rythme du vieillissement de la population en Europe, l'immobilier de soins a encore de beaux jours devant lui. A l'autre bout du spectre, l'immobilier de bureau et l'immobilier commercial paient un très lourd tribut à la crise.

Archive