Tout sur Gold Fields

South Deep, la seule mine sud-africaine (dont les réserves sont estimées à plus de 68 millions d'onces troy d'or) que détient encore Gold Fields, lui cause plus de soucis que tous ses autres actifs réunis. Cependant, toutes les mauvaises nouvelles sont déjà intégrées dans le cours, selon nous.

Le rapport de production de Gold Fields a une nouvelle fois été éclipsé par de mauvaises nouvelles concernant la mine de South Deep. La production du seul actif sud-africain que le groupe minier détient encore s'est établie en deçà des attentes. Il en a résulté une nouvelle révision à la baisse des prévisions de production globales du groupe.

Après trois trimestres, Gold Fields est bien parti pour satisfaire à ses prévisions de production pour 2017. Le groupe entend reverser entre 25 et 35% de son bénéfice sous la forme de dividendes. L'action, restée longtemps à la traîne en raison de South Deep en difficulté, est encore bon marché.

Malgré une production en recul au premier trimestre, le groupe aurifère a maintenu ses prévisions annuelles. La direction prévoit même le versement d'un dividende. Une action encore bon marché dans le secteur !

La baisse du cours, ces derniers mois, a ramené la valorisation à seulement 0,8 fois la valeur comptable. De plus, le groupe Gold Fields est financièrement sain et verse un dividende (modeste). Digne d'achat.

Les performances opérationnelles de South Deep et la poursuite de la réduction des dettes du groupe ont été une bonne surprise. La valorisation du producteur d'or est inférieure à la moyenne du secteur. Digne d'achat.

L'action a gagné plus de 25% depuis le début du mois, mais à 1,3 fois la valeur comptable, la valorisation est toujours raisonnable.

Archive