Tout sur États-Unis

L'échec de Novo Nordisk ne doit pas occulter le reste

Le groupe danois a sous-valorisé Ablynx et a dû jeter l'éponge, lorsque Sanofi a déposé une contre-offre bien plus généreuse. N'oublions pas pour autant que les Danois ont en portefeuille plusieurs produits prometteurs. Novo Nordisk ne verra pas sa croissance s'accélérer de sitôt, mais l'on peut conserver le titre.

Cisco renoue avec la croissance

Comme d'autres, le groupe a basculé, il y a quelque temps déjà, d'un modèle d'affaires " classique ", consistant à vendre du matériel, des logiciels et des services connexes, à un modèle fondé sur les formules d'abonnement. Les revenus sont désormais récurrents. Au premier trimestre, ce chiffre d'affaires "différé" a progressé en rythme annuel de 10%, à 18,6 milliards de dollars.

Le dollar américain : l'ombre de Trump

A partir d'aujourd'hui et jusqu'au 29 décembre, nous analysons chaque jour une devise : comment elle s'est comportée en 2017 et ce qu'on peut en attendre en 2018.

UCB a relevé ses prévisions annuelles

Son trio de médicaments 'CVN' évolue favorablement, et son anti-épileptique Keppra, ancien blockbuster, a très agréablement surpris cette année. Il y a donc aussi de bonnes nouvelles chez UCB, même si, on le sait, la vente d'Evenity aux États-Unis n'est pas pour demain. La valorisation d'UCB est très intéressante.

Biocartis écrit un nouveau chapitre

Le groupe malinois a pris un nouveau départ le 1er septembre avec l'arrivée de Herman Verrelst au poste de directeur. Cette année, des étapes importantes ont été franchies (notamment un marquage CE et la commercialisation d'Idylla aux États-Unis, surtout). Les ventes devraient s'accélérer.

Euronav prêt à frapper

La direction d'Euronav a toujours su exploiter les crises pour renforcer sa position de marché. Nous sommes convaincus que, cette fois encore, elle est prête à frapper. Dans le secteur, Euronav présente le bilan le plus solide. Le groupe dispose en outre de liquidités confortables.

Valorisation ultra tendue de PureCircle

Sans surprise, les blocages de marchandises en douane américaine ont coûté un os au groupe, et les chiffres 2017 ne figureront pas dans les annales. Ce qui est formidable, c'est que le marché croit toujours au potentiel à long terme de l'entreprise. Mais l'action est devenue trop chère. Conserver.

Hugo Boss renoue avec la croissance

Repositionner la marque et fermer les magasins non rentables. Le plan du CEO Mark Langer semble efficace, puisque le chiffre d'affaires de Hugo Boss a progressé tant au deuxième trimestre qu'au premier semestre.

Vers un rallye de fin d'année ?

Le dernier trimestre 2017 est à nos portes. Selon nous, il sera marqué par une correction légère, avant l'amorce d'un rallye. Ce sont les facteurs que nous énumérons ici qui détermineront la tendance.

Rallye estival pour Galapagos

Le mois dernier, l'action de cette société biotech belgo-néerlandaise a bondi de plus de 35%. Nous conserverions le titre en attendant de connaître les prochaines avancées du programme de recherche en cours sur la mucoviscidose.

Année de consolidation chez Lotus Bakeries

Déçus des chiffres semi-annuels, les actionnaires de Lotus ont fait reculer l'action légèrement. Les investisseurs qui avaient manqué le train (l'énorme hausse du cours de l'action) ont une opportunité de se constituer une position. L'action a un potentiel énorme.

Miser sur l'incertitude croissante

S'il est impossible d'investir dans les indices de volatilité proprement dits, il existe des contrats à terme qui ont ces indices comme valeur sous-jacente. Le nombre de contrats à terme sur le VIX a atteint un record historique le mois dernier !

Ahold Delhaize génère d'abondants cash-flows

Voici un titre qui, à tort, n'est pas apprécié des investisseurs. Les résultats du deuxième trimestre sont supérieurs aux attentes. Le groupe prévoit un cash-flow libre de 1,6 milliard d'euros cette année. De quoi rétribuer les investisseurs et alléger ses dettes.

Revenus publicitaires de Facebook en hausse

Au deuxième trimestre, Facebook a augmenté de 24% le tarif moyen de ses publicités. Pour assurer la poursuite de sa croissance, le groupe a choisi de cibler davantage la pub et d'en augmenter le prix. Les bons résultats ont porté le titre un peu plus haut encore.

La raclée de Bekaert, une opportunité d'achat

Les résultats du premier semestre ne sont certainement pas mauvais. Le chiffre d'affaires s'est accru de 15%, à un record de 2,095 milliards d'euros, et le bénéfice opérationnel sous-jacent s'est amélioré de 12%, à 176 millions. Pourtant, les jours suivant la publication de ces chiffres solides, le cours a été sanctionné de 15%.

Le potentiel de rattrapage de l'Europe

Dans les tout prochains mois, les Bourses européennes pourraient être confrontées à des prises de bénéfices, vu les performances affichées depuis l'automne 2016. Le cas échéant, nous pourrions en profiter pour renforcer le poids des valeurs européennes en portefeuille.

Année(s) de transition pour PNE Wind

Anticipant une baisse des prix ainsi qu'une érosion de ses marges en Allemagne, le spécialiste de l'énergie éolienne veut constituer d'ici 2019/2020 un portefeuille européen de parcs de 200 mégawatts au total.

Archive