Tout sur Entreprise de biotechnologie

Alors que l'on peut qualifier le premier semestre d'historique pour le spécialiste liégeois de la santé féminine, son action, qui avait bien réagi aux bonnes nouvelles en début d'année, s'est repliée. Le marché semble donc hésitant. Pour ceux qui peuvent se permettre d'investir dans un secteur risqué, le cours actuel de Mithra est une opportunité.

L'entreprise ne se dispersera pas: elle vivra en fonction de ses moyens et se concentrera sur les projets essentiels. Nous espérons que les résultats qui seront publiés au deuxième semestre sur le THR-149 seront concluants; si c'est le cas, Oxurion attirera plus facilement les investisseurs.

Très expérimenté en matière de thérapie cellulaire et génique, Anthony Thing, le chief scientific officer nouvellement nommé, travaillera en partie depuis les Etats-Unis. Il lui sera ainsi plus aisé d'entretenir des relations avec l'agence américaine des médicaments, mais aussi avec des investisseurs américains, en vue de définir le programme de développement du JTA-004 et de l'ALLOB outre-Atlantique.

L'entreprise a beau annoncer de nombreuses bonnes nouvelles, les investisseurs semblent ignorer la valeur - ont-ils vu à combien Roche a valorisé GenMark le mois dernier?

La société gantoise spécialisée dans le traitement des problèmes d'équilibre des fluides qu'entraînent des maladies du foie, des cancers et l'insuffisance cardiaque fera part de résultats capitaux au cours des 18 prochains mois.

Si MDxHealth réussit à encourager l'utilisation de ses tests diagnostics dans le contexte de la surveillance active du cancer de la prostate, elle se distinguera de son secteur.

Nous saurons bientôt (en février) si la FDA octroie un traitement prioritaire au dossier d'enregistrement que lui a soumis la biotech pour l'efgartigimod contre la myasthénie. Dans l'affirmative, la nouvelle cruciale tombera en juillet ou en août: le feu vert, ou non, à la commercialisation du traitement.

La stéatohépatite non alcoolique pourra-t-elle enfin être traitée? Le Lanifibranor d'Inventiva est en tout cas la première molécule à atteindre les deux objectifs primaires pris en compte pour une possible approbation accélérée par les organes de contrôle américain et européen.

La récente augmentation de capital d'argenx qui, sans surprise, a suivi l'annonce d'excellents résultats de phase III pour son étude évaluant l'efgartigimod sur des sujets atteints de myasthénie généralisée, est la plus grande opération de financement de l'histoire des entreprises de biotechnologie européennes.

Nous espérons que la biotech se verra octroyer les autorisations de commercialiser le filgotinib (première indication - d'une longue série ? : rhumatismes) en Europe, aux Etats-Unis et au Japon, en 2020. Ce n'est qu'une des nouvelles à venir, si bien qu'à notre estime, l'action, qui compte parmi nos 10 favorites, continuera de se distinguer au sein de son secteur, malgré la multiplication par deux, déjà, de son cours, en 2019.

L'entreprise fait tout pour renouer avec la croissance: elle s'est dotée d'un duo de choc qui a pour mission d'encourager ses clients actuels à recourir au ConfirmMDx, et a élu Timothy Still au poste d'administrateur indépendant.

Au vu des niveaux de cours bien supérieurs à l'actuel que l'action a déjà pu atteindre, et de la perspective d'une mise sur le marché américain du filgotinib, on est en droit d'espérer une hausse de la valeur de Gilead. Pour miser sur ce scénario, voici deux stratégies.

Si Ablynx reçoit l'an prochain le feu vert pour la mise sur le marché européen de Caplacizumab, c'est le secteur biotechnologique belge dans son ensemble qui sera à la fête, car les valorisations actuelles des actions y sont plutôt faibles. Pareille nouvelle redonnerait espoir aux investisseurs.

Archive