Tout sur Engrais

La diminution prévue des dépenses d'investissement et l'allégement des dépenses structurelles permettent de porter le dividende à 0,30 dollar brut par an. Cette base sera conservée tout au long du cycle économique, et augmentée quand la conjoncture s'y prêtera; dont acte, puisque la direction vient de substituer au programme de rachat d'actions en cours un nouveau programme de 1 milliard de dollars.

Selon la rumeur et bien que les deux parties s'en défendent, Nutrien négocierait avec le géant des matières premières BHP un partenariat relatif à l'ambitieux projet Jansen.

Le recul des ventes et de l'Ebitda, constaté depuis plusieurs années, s'est accentué en 2020. Le producteur allemand de sel et d'engrais fait aussi l'objet d'une enquête comptable. Nous recommandons de vendre le titre.

Après un recul au 1er semestre, l'activité traditionnelle du groupe Tessenderlo s'est reprise; les investissements portent leurs fruits. Nous préférons actuellement investir dans Picanol que dans Tessenderlo.

La perte de 111 millions de dollars accusée en 2019 s'est muée en un bénéfice de 218 millions. La suite s'annonce bien également: la demande reste élevée et les stocks, tout au long de la chaîne d'approvisionnement, sont bien inférieurs aux moyennes historiques.

Sur les trois dernières années, l'action Picanol, qui lorgne toujours son dernier sommet en date (mi-2017), a produit un rendement de 33% inférieur à celui de son indice de référence, le Bel 20.

Au deuxième trimestre, les volumes de toutes les divisions du géant américain de l'engrais ont augmenté. Par ailleurs, les économies de coût vont bon train. L'action a rebondi, mais reste très sensible au sentiment boursier.

Le groupe a connu une série de déconvenues cette année, et son action en a souffert. Nombre d'investisseurs ont trouvé dans le faible cours de K+S et son niveau d'endettement élevé suffisamment de raisons de shorter la valeur.

K+S table pour cette année sur un Ebitda de 700 à 850 millions d'euros et des cash-flows disponibles positifs, une première depuis 2013. Par ailleurs, le groupe entend diminuer son taux d'endettement de moitié d'ici à la fin de 2020.

Au début de ce mois de mars, le groupe a dû se résoudre à réduire sa production de fertilisants phosphatés durant le premier semestre, vu l'abondance de ses réserves. Celles-ci devraient revenir à un niveau normal dans quelques mois.

Les résultats trimestriels communiqués le 3 mai n'ont pas démenti nos thèses. Notre récent relèvement de conseil sur CF Industries à "digne d'achat" est justifié car de plus en plus d'éléments semblent indiquer que le marché des engrais s'affranchit actuellement d'un plancher.

Archive