Tout sur Economie et finances

Le titre affiche, sur 10 ans, un rendement total de près de 800% supérieur à celui de l'indice Bel 20, une performance qu'il doit au développement d'un portefeuille immobilier dont la juste valeur s'établit à 5,3 milliards d'euros. Si l'avènement de l'e-commerce avait soutenu la demande structurelle d'espaces de stockage, la pandémie l'a fait exploser.

L'insuffisance de l'offre de Greiner sur Recticel se reflète largement dans l'évolution de l'action sur Euronext Bruxelles. Elle s'est en outre confirmée dans les semestriels. La direction annonce toujours un Ebitda ajusté de 123 à 133 millions d'euros pour cette année.

Lorsqu'il l'a fondée, en 1753, Egbert Douwes n'aurait jamais pu deviner que la firme Douwe Egberts deviendrait un groupe réalisant un chiffre d'affaires de 6,6 milliards d'euros!

Le cours du métal radioactif plus que doublé depuis l'automne 2020. Le marché reste fondamentalement déséquilibré. L'investisseur peut profiter du fort potentiel haussier en investissant dans SPUT et Yellow Cake, ou dans les nombreuses sociétés actives dans la production, le développement ou l'exploration.

L'emblématique William Sheriff est en passe de réitérer son exploit précédent: le cours d'enCore Energy Corp a déjà été multiplié par six depuis novembre dernier. Le potentiel d'appréciation demeure élevé, car nous ne sommes qu'au début de la phase haussière de l'uranium.

Les biotechs belges connaissent un passage à vide depuis plus d'un an, comme l'illustre le parcours récent de Galapagos. argenx pourrait toutefois venir sauver l'année avec l'approbation de l'efgartigimod aux Etats-Unis, en décembre.

La maison mère de Google a bénéficié d'une base de comparaison favorable au 1er semestre, mais la barre sera relevée en deuxième partie d'année. Cela ne devrait pas poser problème vu la croissance de ses marchés phares. La valorisation est tendue, mais pas excessive.

Portées par les plans de relance et par les ambitions climatiques planétaires, les perspectives s'annoncent favorables. Il s'agit là du premier grand coup de pouce structurel dont bénéficieront les activités de dragage, après des années de pression sur les marges. Le changement de politique américaine sera le deuxième.

Telenet compte parmi les cinq soumissionnaires dans le dossier Voo. Une reprise ferait de lui un acteur d'envergure nationale et, surtout, lui ouvrirait de nouvelles perspectives de croissance. Mais la concurrence est sérieuse.

Portée avec un peu trop d'enthousiasme par la renommée du holding, l'action a corrigé et se rapproche de la valeur intrinsèque. Cette dernière dépend étroitement du maintien de conditions de marché favorables.

L'action a beaucoup déçu ces dernières années, mais la hausse du cours des métaux précieux et les différents mesures prises pour redresser la barre portent lentement leurs fruits. Pour l'investisseur conscient du risque, l'action est un bon candidat au redressement.

Malgré l'impact négatif de la crise sanitaire, surtout en termes d'image, les perspectives de la SIR belge spécialisé dans les soins de santé sont excellentes à long terme. Le groupe se profile de plus en plus comme la référence européenne du secteur.

Retardée par la crise sanitaire, la nouvelle entrée en Bourse a eu lieu fin mai 2020. Le titre a cédé plus de 10% après la publication des résultats annuels, passant même sous le cours d'introduction. Il s'est toutefois légèrement redressé lorsqu'il est apparu que les prévisions avaient été tenues malgré l'envolée des cours du café.

La croissance économique est au rendez-vous et le taux de chômage est faible. Mais l'inflation n'avait plus été aussi élevée depuis de nombreuses années; le moment est donc venu de commencer à réduire la politique d'assouplissement quantitatif et, pour les Etats, de songer à s'attaquer à leur déficit budgétaire.

La diminution prévue des dépenses d'investissement et l'allégement des dépenses structurelles permettent de porter le dividende à 0,30 dollar brut par an. Cette base sera conservée tout au long du cycle économique, et augmentée quand la conjoncture s'y prêtera; dont acte, puisque la direction vient de substituer au programme de rachat d'actions en cours un nouveau programme de 1 milliard de dollars.

Le géant de l'e-commerce a fait moins bien qu'attendu au deuxième trimestre, même si ses ventes et son bénéfice ont bien progressé. L'action n'est pas bon marché, mais sa valorisation se situe entre celle des détaillants traditionnels et celle des acteurs technologiques.

Archive