Tout sur DEME

Le groupe belge, qui vient d'annoncer sa scission, bénéficie de tendances favorables et devrait, tant sur le plan des ventes que du résultat net, renouer avec les niveaux d'avant-crise, en 2021. Nous maintenons notre conseil positif.

Entre 2016 et 2020, le marché de l'éolien marin a progressé de 29% par an. Un rythme de croissance identique est prévu jusqu'en 2025, après quoi il passera à 13% environ au cours des cinq années qui suivront. Les défis et les risques sont, ceci dit, nombreux.

On ignore si l'hydrogène vert pourra, à terme, intégralement remplacer le pétrole et le gaz. Quoi qu'il en soit, les projets énergétiques européens lui réservent un rôle de choix. Ce qui profite d'ores et déjà aux actions de certaines entreprises.

Portées par les plans de relance et par les ambitions climatiques planétaires, les perspectives s'annoncent favorables. Il s'agit là du premier grand coup de pouce structurel dont bénéficieront les activités de dragage, après des années de pression sur les marges. Le changement de politique américaine sera le deuxième.

Cette phrase est celle qu'a prononcée Jan Suykens, le CEO d'Ackermans & van Haaren (AvH), à l'entame de la présentation du rapport semestriel du holding. Les excellents résultats du premier semestre ont porté la capitalisation boursière d'AvH à plus de cinq milliards d'euros.

Quoique les ventes, notamment chez DEME, soient en léger retrait au 1er trimestre, le groupe belge CFE est optimiste pour 2021. Nous confirmons le conseil d'achat dans une perspective de long terme.

Les pôles DEME et Contracting pronostiquent une augmentation de leur chiffre d'affaires et de leur bénéfice net en 2021, tandis que la division immobilière annonce un léger recul de son bénéfice, qu'elle explique par le contexte.

Les investisseurs avaient sanctionné l'action du groupe belge de construction et de dragage après avoir pris connaissance du rapport semestriel, fin août. Ce n'était pas tant une réaction aux résultats qu'aux prévisions de croissance tempérées du groupe concernant le pôle de dragage, DEME. Le cours s'est redressé depuis le repli (-8%), mais n'a pas rattrapé tout le terrain perdu.

L'annonce du projet de fusion des activités de construction de CFE avec celles du groupe Van Laer est positive. Mais elle n'a pas plu aux actionnaires actuels de CFE, qui ont fait reculer sa valorisation.

Le cours de CFE a nettement augmenté depuis la publication des chiffres annuels. Le carnet de commandes du pôle DEME a atteint la valeur record de 3,8 milliards d'euros. Sur la base des perspectives enthousiasmantes à long terme de DEME, la valorisation de CFE reste acceptable.

Archive