Tout sur Deceuninck

Plus tôt que d'habitude, Deceuninck a publié son rapport intermédiaire pour le premier trimestre. Et il est plutôt bon. Mais la crise actuelle empêchera l'entreprise de signer une bonne année.

Les perspectives pour l'exercice sont encourageantes. En Turquie, le pire semble passé; l'Amérique du Nord a démarré l'année sur les chapeaux de roue et en Europe, les lourds investissements devraient porter leurs fruits.

Nous voyons toujours dans la période qui s'annonce des temps agités, mais la hausse de Wall Street n'est pas près de s'achever et les prochaines années pourraient nous réserver de belles surprises encore.

Le CEO Francis Van Eeckhout insiste néanmoins sur le potentiel à long terme de la Turquie et sur ses atouts pour les marchés exportateurs.

Si Deceuninck a su répondre aux attentes l'an dernier, rien n'est moins sûr pour 2019. Le groupe ne manque en tout cas pas d'ambition. Il s'attelle à accroître la rentabilité au cours des années à venir. Pour récolter le fruit de ses efforts, il devra patienter. L'action n'intègre pas encore ces perspectives favorables.

Comme souvent ces dernières années, le rapport annuel présente de bons et moins bons chiffres. Mais une chose est sûre, à présent: les craintes des analystes et investisseurs ont parfois été démesurées. L'action Deceuninck est sous-valorisée!

Nous entrons de plain-pied dans la saison des résultats. D'une manière générale, les marchés boursiers ont tellement dévissé au dernier trimestre que les perspectives moins favorables sont déjà en partie intégrées dans les cours.

Archive