Tout sur Crise sanitaire

La rédaction répond à la question d'un abonné: "Lumina Gold ne trouve visiblement pas acquéreur. L'action a décroché à la veille de l'augmentation de capital. Qu'en faire?"

C'est Essakane, au Burkina Faso, qui sauve les meubles. La mine, à l'origine de plus de 75% de la production du groupe, a accéléré encore son activité. Direction et syndicats se sont entendus au sujet des trois prochaines années, mais le pays est chroniquement instable. Ceci étant, au vu de ses nombreux atouts, nous ne changeons pas d'avis à propos d'IAMGOLD.

Bien que la crise sanitaire ait moins affecté la République démocratique du Congo que d'autres pays, les restrictions sur les voyages ont ralenti l'arrivée de nouveaux locataires résidentiels au premier semestre de cette année. La direction s'attend à de meilleurs chiffres pour le semestre en cours.

Le titre affiche, sur 10 ans, un rendement total de près de 800% supérieur à celui de l'indice Bel 20, une performance qu'il doit au développement d'un portefeuille immobilier dont la juste valeur s'établit à 5,3 milliards d'euros. Si l'avènement de l'e-commerce avait soutenu la demande structurelle d'espaces de stockage, la pandémie l'a fait exploser.

Retardée par la crise sanitaire, la nouvelle entrée en Bourse a eu lieu fin mai 2020. Le titre a cédé plus de 10% après la publication des résultats annuels, passant même sous le cours d'introduction. Il s'est toutefois légèrement redressé lorsqu'il est apparu que les prévisions avaient été tenues malgré l'envolée des cours du café.

La croissance économique est au rendez-vous et le taux de chômage est faible. Mais l'inflation n'avait plus été aussi élevée depuis de nombreuses années; le moment est donc venu de commencer à réduire la politique d'assouplissement quantitatif et, pour les Etats, de songer à s'attaquer à leur déficit budgétaire.

La direction a résolument confiance en l'avenir. Selon Michael McGarrity, le CEO du groupe, plusieurs éléments justifient cet état d'esprit. Quant à la décision de demander une IPO aux Etats-Unis, elle n'a pas de quoi surprendre.

Lors d'une récente transaction sur actions, Belron a été valorisée à 17,2 milliards d'euros, alors que la capitalisation boursière de D'Ieteren est de 7,3 milliards d'euros. Ce chiffre est peut-être très élevé mais, commente Francis Deprez, le CEO du groupe, la catégorie dans laquelle la filiale joue désormais le justifie.

Après l'éviction de Donald Trump et de sa politique protectionniste, les marchés émergents semblaient sortis d'affaire et les perspectives, pour cette année et les suivantes, être à nouveau au beau fixe. Or voilà que la reprise s'est figée en mars.

Le redressement du chiffre d'affaires s'est accompagné d'une nette amélioration de la rentabilité, que le groupe doit à une maîtrise des coûts retrouvée. L'amélioration des résultats et la robustesse de la trésorerie offrent des perspectives d'augmentation du dividende.

L'opérateur mise résolument sur la nouvelle infrastructure. Il a à ce jour équipé 621.000 foyers et entreprises en fibre optique, ce qui porte à 10% le taux de pénétration de la technique. Offrir une connexion plus rapide lui permettra de multiplier les services et d'accroître ses revenus.

La production prévisionnelle de l'exercice avait été portée à 580.000-615.000 onces d'équivalent or après l'annonce de la transaction avec Vale: le bas de cette fourchette a été relevé à 590.000 onces à l'occasion de la publication des semestriels. Quant à la remontée inattendue des prix de l'énergie, elle a permis de faire passer les résultats prévisionnels du segment du pétrole et du gaz de 115-135 millions à 155-170 millions de dollars.

L'actuel accès de faiblesse n'affecte en rien notre confiance. Nous restons convaincus que le marché des métaux précieux a entamé une hausse séculaire, appelée à durer des années.

Notons l'excellente performance de la division carbure de silicium, dont les ventes se sont envolées de 44%, à 7,2 millions de dollars, au 2e trimestre. Elles ne représentent certes que 4,4% du chiffre d'affaires consolidé, mais l'activité est prometteuse.

Compte tenu des incertitudes qui entourent la date du redémarrage de la principale ligne de production, les conséquences du sinistre sur les ventes du 2e semestre sont actuellement impossibles à estimer. La direction a pris la décision d'accorder la priorité aux tests de détection des cancers, ainsi qu'aux partenariats.

L'ensemble du secteur de l'alimentation animale est pris en étau entre l'envolée des prix des intrants et la quasi-absence de possibilités de la répercuter à brève échéance; selon ForFarmers, la clientèle estime qu'il aura à coeur de ne pas la mettre en difficulté et donc, de n'ajuster que modérément et progressivement ses tarifs.

Archive