Tout sur Construction et immobilier

Ce holding est exclusivement actif en République démocratique du Congo. Or ce pays est moins affecté par les conséquences du coronavirus que la plupart des pays européens. Le cours de Texaf devrait rester stable un bon moment.

CFE signe un deuxième trimestre encore moins réjouissant que le premier. Le Covid-19 bride le redressement espéré des marges. Mais avec une valeur d'entreprise d'à peine 7 fois l'Ebitda attendu en 2020, la prime d'entrée est attrayante pour l'investisseur à long terme.

Le groupe a fait part de très bons résultats semestriels. L'on peut considérer qu'il a pris une grosse avance sur l'an dernier: son résultat net est passé de 6,3 millions d'euros au terme des six premiers mois de 2019 à 19,6 millions d'euros. Et tant mieux, car des retards dans ses projets ne sont pas à exclure, une éventualité dont le marché tient déjà compte.

La crise frappera différemment les divers segments, mais il est probable que bien des dividendes seront revus à la baisse. C'est l'immobilier commercial qui souffrira le plus.

Le rapport annuel et les perspectives pour 2020 en demi-teinte, combinés à la panique suscitée par le coronavirus, ont ramené l'action CFE à son plus bas niveau depuis 2014. Sur le long terme toutefois, le tableau est plus favorable.

Très active à l'international, Aedifica a désormais un pied en Finlande. Ses revenus locatifs ne cessent de croître et le taux d'occupation de son parc (hors appartements meublés) est de 100%.

Ce spécialiste de l'investissement en RDC fait peur à certains, mais nous y voyons un beau potentiel et estimons que le titre a sa place dans notre sélection de (dix) valeurs prometteuses pour l'année qui s'ouvre. Nous vous en avons présentées cinq, la semaine passée; Texaf est la sixième. Découvrez les quatre autres de mardi à vendredi.

Le groupe est bien parti pour clore un bon exercice et l'année prochaine s'annonce bien : son campus Texaf Digital, futur relais de croissance, ouvrira ses portes.

Le résultat obtenu au cours des six premiers mois est à lui seul très proche de celui de l'exercice record 2018. L'augmentation du dividende, de 10% l'an au moins, nous paraît assurée pour plusieurs années.

Texaf compte investir 1 million d'euros dans le fonds de capital-risque Partech Africa, récemment créé, en vue de développer Texaf Digital, son nouveau pôle de croissance.

Si Deceuninck a su répondre aux attentes l'an dernier, rien n'est moins sûr pour 2019. Le groupe ne manque en tout cas pas d'ambition. Il s'attelle à accroître la rentabilité au cours des années à venir. Pour récolter le fruit de ses efforts, il devra patienter. L'action n'intègre pas encore ces perspectives favorables.

Le Royaume-Uni devient le quatrième marché stratégique de l'immobilière réglementée belge, qui se profile de plus en plus comme un acteur paneuropéen dans l'immobilier de santé.

Archive