Tout sur Construction et immobilier

La croissance constante de la population étudiante, par ailleurs toujours plus exigeante sur la qualité, contraint le bailleur privé traditionnel à céder la place à des organisations professionnelles. Contribuer à combler la pénurie de logements de qualité est bien ce à quoi s'attelle Xior.

Malgré les crises, l'acteur logistique affiche une santé insolente. Et si la hausse des taux a entraîné la chute de son action il y a peu, la prime par rapport à la valeur intrinsèque a diminué et le rendement du dividende brut est remonté. Nous émettons dès lors un conseil positif.

Selon le segment dont elles relèvent, les sociétés immobilières réglementées (SIR) ont diversement survécu à la crise sanitaire. Reste qu'elles ont, pour un certain pourcentage, une place de choix dans tout portefeuille judicieusement diversifié.

Texaf, désormais totalement remis de la crise sanitaire, multiplie les projets en République démocratique du Congo, où son activité est concentrée. Le numérique est son nouveau pôle de croissance; il compte d'ailleurs bien devenir un investisseur de premier plan dans ce secteur.

Le bénéfice et le rendement du dividende de Cofinimmo offrent une prime de risque suffisamment importante pour que les investisseurs privilégient son action plutôt que les obligations d'Etat, même si ces dernières sont redevenues intéressantes (rendement de près de 1%, sans risque).

La fusion avec Allfin Group, en 2016, porte manifestement ses fruits. Malgré la pandémie, qui a surtout pesé sur l'immobilier de bureaux, l'exercice 2021 a été bon pour le promoteur immobilier, qui se développe davantage en Europe et entend relever son dividende.

Malgré un résultat en hausse, fruit de sa diversification en Europe, le promoteur peine à convaincre les investisseurs, alors que les perspectives pour l'immobilier de bureaux restent ternes. Son action pourrait selon nous se redresser dans les 12 à 24 mois qui viennent.

Peu importent les crises et les scandales: la population européenne vieillit, une tendance qui soutiendra évidemment la demande d'immobilier de soins.

Cela faisait longtemps que l'on attendait que DEME puisse exprimer, par un biais tel que la scission annoncée en décembre, toute sa valeur. Les projets offshore hors Europe sont par ailleurs appelés à se multiplier.

Pour la première fois depuis 2018, Wereldhave Belgium va augmenter son dividende brut annuel, à 4,10 euros par action (2,87 euros nets). Le titre est à nos yeux toujours trop faiblement valorisé.

Le groupe belge, qui vient d'annoncer sa scission, bénéficie de tendances favorables et devrait, tant sur le plan des ventes que du résultat net, renouer avec les niveaux d'avant-crise, en 2021. Nous maintenons notre conseil positif.

Le 30 septembre, la valeur intrinsèque atteignait 75,27 euros par action; si elle s'est redressée timidement par rapport à son niveau de mi-2021 (74,15 euros), elle est encore inférieure à celui de fin 2020 (78,20 euros), par exemple.

Bien que légèrement sous pression, les rendements des nouveaux investissements dans l'immobilier de santé restent attrayants, à quelque 5%. Les résultats du groupe témoignent de la sécurité qu'offre le segment. La valorisation de Cofinimmo a quelque peu progressé et nous semble juste.

La crise sanitaire a fait des perdants mais aussi, des gagnants, parmi les sociétés immobilières réglementées. En provoquant des glissements, elle va permettre de combiner avantageusement opportunités de croissance et rendements en dividende.

Au 30 juin, le titre s'échangeait moyennant une décote de près de 40% sur la valeur intrinsèque (74,15 euros). La SIR est pourtant peu endettée, et le rendement net du dividende frôle les 6%.

Archive