Tout sur Construction et immobilier

Le groupe belge, qui vient d'annoncer sa scission, bénéficie de tendances favorables et devrait, tant sur le plan des ventes que du résultat net, renouer avec les niveaux d'avant-crise, en 2021. Nous maintenons notre conseil positif.

Le 30 septembre, la valeur intrinsèque atteignait 75,27 euros par action; si elle s'est redressée timidement par rapport à son niveau de mi-2021 (74,15 euros), elle est encore inférieure à celui de fin 2020 (78,20 euros), par exemple.

Bien que légèrement sous pression, les rendements des nouveaux investissements dans l'immobilier de santé restent attrayants, à quelque 5%. Les résultats du groupe témoignent de la sécurité qu'offre le segment. La valorisation de Cofinimmo a quelque peu progressé et nous semble juste.

La crise sanitaire a fait des perdants mais aussi, des gagnants, parmi les sociétés immobilières réglementées. En provoquant des glissements, elle va permettre de combiner avantageusement opportunités de croissance et rendements en dividende.

Au 30 juin, le titre s'échangeait moyennant une décote de près de 40% sur la valeur intrinsèque (74,15 euros). La SIR est pourtant peu endettée, et le rendement net du dividende frôle les 6%.

L'acquisition de nouveaux projets a propulsé la valeur de réalisation du portefeuille de 5,1 milliards d'euros fin décembre à 5,4 milliards fin juin. Au vu du pipeline, le bénéfice devrait se redresser au cours des années qui viennent.

Bien que la crise sanitaire ait moins affecté la République démocratique du Congo que d'autres pays, les restrictions sur les voyages ont ralenti l'arrivée de nouveaux locataires résidentiels au premier semestre de cette année. La direction s'attend à de meilleurs chiffres pour le semestre en cours.

Portées par les plans de relance et par les ambitions climatiques planétaires, les perspectives s'annoncent favorables. Il s'agit là du premier grand coup de pouce structurel dont bénéficieront les activités de dragage, après des années de pression sur les marges. Le changement de politique américaine sera le deuxième.

Malgré l'impact négatif de la crise sanitaire, surtout en termes d'image, les perspectives de la SIR belge spécialisé dans les soins de santé sont excellentes à long terme. Le groupe se profile de plus en plus comme la référence européenne du secteur.

Cette phrase est celle qu'a prononcée Jan Suykens, le CEO d'Ackermans & van Haaren (AvH), à l'entame de la présentation du rapport semestriel du holding. Les excellents résultats du premier semestre ont porté la capitalisation boursière d'AvH à plus de cinq milliards d'euros.

Le cash-flow opérationnel (Ebitda) ajusté s'élevait à 51 millions d'euros au terme du premier semestre. Francis Van Eeckhout, le CEO, a laissé entendre qu'il serait très déçu si l'entreprise belge ne battait pas son record en la matière (93 millions d'euros) cette année.

Chez Saint-Gobain, on honore ses promesses! Accroître la rentabilité était en effet une priorité absolue du groupe, et son plan Transform & Grow a porté ses fruits - cela tombe bien, car c'est pour cette raison que nous avons intégré l'action au portefeuille de l'Initié au début de l'année.

Si l'on ne peut pas dire que ses chiffres des trois premiers mois de l'année sont spectaculaires, l'on peut néanmoins espérer, sur la base des ventes réalisées, que le promoteur immobilier achèvera 2021 sur un résultat net au moins égal à celui de 2020 (24,13 millions d'euros, ou 3,43 euros par action).

Quoique les ventes, notamment chez DEME, soient en léger retrait au 1er trimestre, le groupe belge CFE est optimiste pour 2021. Nous confirmons le conseil d'achat dans une perspective de long terme.

Archive