Tout sur Cameco

La rédaction de l'Initié répond à la question d'un abonné : "J'envisage d'acheter des actions Cameco. Pensez-vous que le coût élevé de la construction de nouvelles centrales nucléaires et la possible utilisation du thorium comme combustible nucléaire alternatif pourraient retarder la hausse du cours de l'uranium?"

Il n'aura pas fallu sept semaines à l'action du producteur canadien pour doubler de valeur après être tombée, le 19 mars, à un niveau plancher. Contre toute logique apparente, plus la production d'uranium chute, plus le cours de Cameco remonte.

A la différence des autres matières premières, l'uranium fait belle figure pendant la crise actuelle. Le marché approche d'un déficit. Les investisseurs voulant profiter de cette hausse ont deux choix: acheter des actions de producteurs ou opter pour une société d'investissement.

La patience des actionnaires de Cameco et, par extension, des entreprises du secteur de l'uranium, est mise à rude épreuve depuis longtemps. Sans pouvoir encore évoquer un renversement de situation, on relève toutefois, ces derniers mois, quelques signes positifs.

Dans un marché déprimé et après le verdict décevant du tribunal pour son litige au Japon, le producteur américain d'uranium publie des résultats conformes aux attentes. La baisse du cours offre toutefois un point d'entrée intéressant.

Les résultats trimestriels du producteur d'uranium ont été très mal accueillis. Les sites de McArthur River et Key Lake resteront fermés jusqu'à ce que des contrats de livraison puissent être conclus à des prix nettement plus élevés. Pourtant, la direction a confirmé ses pronostics pour 2019.

Le producteur d'uranium Cameco a terminé l'année 2018 en beauté, avec des résultats supérieurs aux attentes pour le trimestre clos en décembre.

Archive