Tout sur Brexit

Cela semble devenir une tradition : au début des vacances d'été, les États membres de l'Union européenne parviennent systématiquement à créer un climat de tension et à l'alimenter, provoquant le déséquilibre de l'Union entière. L'an dernier, à la même époque environ, le Grexit était évité de justesse.

L'enthousiasme ne doit pas être excessif à court terme, car le rythme de progression actuel n'est pas tenable. Même si un Brexit peut encore soutenir quelque peu l'ascension du métal jaune.

Cette semaine, tous les regards seront tournés vers la Grande-Bretagne. Pourtant, il n'y a pas que le référendum anglais qui risque de perturber les marchés. Un autre événement aura lieu, qui sera probablement éclipsé par le premier...

Il est très probable que dans les prochains jours et semaines l'actualité politique mais aussi financière soit dominée par le référendum qui se tiendra le 23 juin au Royaume-Uni, à l'issue duquel le sort du pays sera connu : son maintien ou sa sortie de l'Union européenne _ le fameux Brexit.

Les banques centrales tentent de pousser leur devise dans une direction particulière, le plus souvent au moyen de déclarations ciblées. De nos jours, seule la Fed y parvient encore. La politique monétaire menée par chacune d'elles, la même partout, ne porte manifestement toujours pas ses fruits.

Archive