Tout sur bpost

Lorsque la crise sera derrière nous et que la vie reprendra un cours à peu près normal, le courrier redeviendra, pour un temps, le plus grand contributeur au bénéfice de l'entreprise. Mais l'accélération structurelle de l'envoi de colis est irréversible.

Pour bpost aussi, la crise du coronavirus entraîne une amère désillusion: si en février, le groupe postal comptait encore sur un bénéfice d'exploitation de 240 à 270 millions d'euros, la direction ne se risque aujourd'hui plus à aucune estimation pour l'exercice courant. Car cette crise, dont la durée est impossible à déterminer, pèse lourdement sur les résultats.

bpost navigue en eaux troubles: départ du CEO au terme de son mandat, baisse du trafic postal, concurrence sur la distribution de colis. L'action est malmenée, et un call peut dès lors être intéressant.

L'endettement net de l'entreprise postale néerlandaise est maîtrisable, mais les cash-flows disponibles sont négatifs, en raison notamment d'un lourd programme d'investissements.

Archive