Tout sur Automobile

Les investisseurs avaient placé la barre tellement haut qu'ils ont fait grise mine à l'annonce des prévisions pour l'exercice; ils ont été particulièrement déçus par les perspectives relatives à Belron, dont l'augmentation des bénéfices ne devrait pas dépasser 10%. C'est sans compter sur les atouts dont D'Ieteren peut se prévaloir, et sur ses ambitieuses projections.

La rédaction répond à la question d'un abonné: "Après avoir bondi en 2021, Vulcan Energy Resources est désormais en net repli. Une opportunité?"

Melexis a profité de la reprise du secteur automobile en Asie et se diversifie dans d'autres secteurs. Les résultats de 2020 devraient s'inscrire dans la lignée de ceux de 2019. Mais le redressement du cours a été trop rapide pour faire de Melexis une action intéressante.

Il se déduit des nouvelles perspectives annuelles formulées par la direction que l'Ebit du quatrième trimestre sera négatif. Hélas, la tendance s'inverse dans toute l'industrie des semi-conducteurs.

Les constructeurs automobiles sont à ce jour très faiblement valorisés. Or les ventes se portent bien. Il faut donc aller chercher ailleurs les raisons de la fragilité du secteur.

D'Ieteren a publié un rapport semestriel très satisfaisant. L'on note une amélioration dans chacune des trois activités. S'agissant du bénéfice, le CEO, Axel Miller, s'est montré positif quant à l'intégralité de l'exercice.

Grâce à ses investissements dans le segment des pneus de spécialité, Michelin a pu limiter quelque peu les dégâts au premier trimestre. Le chiffre d'affaires global et les volumes ont déçu. Le titre n'en demeure pas moins une valeur sûre.

Archive