Tout sur ArcelorMittal

Le marché a d'abord réagi avec enthousiasme au rapport semestriel du plus grand aciériste au monde, avec des chiffres moins négatifs que prévu, mais a par la suite pris ombrage des perspectives très prudentes. Nous attendons un repli boursier pour relever le conseil.

Le plus grand aciériste mondial a créé la surprise en levant deux milliards de dollars. Le groupe s'est restructuré, est leader de marché et présente une valorisation très faible. Cette opération offre donc un bon point d'entrée.

C'est en Europe et en Amérique du Nord, les deux principaux marchés de débouchés du groupe, que l'Ebitda s'est le plus sensiblement tassé. En renonçant à acquérir Ilva, en réaction au retrait d'une protection pénale italienne en matière d'environnement, ArcelorMittal va sans doute au-devant d'une longue bataille juridique.

Le géant de la sidérurgie a déçu, avec des trimestriels peu réjouissants couplés à l'annonce d'une baisse de sa production. Les problèmes s'accumulent en Europe, son marché principal: demande en recul, tensions commerciales, impôts peu favorables.

Le premier producteur mondial d'acier a présenté un rapport annuel en demi-teinte. Au regard de ses perspectives, il n'est pas étonnant que la valorisation de l'action soit faible. Pour autant, son cours pourrait s'apprécier si les Etats-Unis et la Chine enterraient la hache de guerre.

Archive