Tout sur Amazon

Si la vigueur du billet vert n'avait pas pesé sur les ventes hors Etats-Unis, la croissance aurait été légèrement plus importante encore. La situation sanitaire ayant contraint Amazon à investir davantage, le bénéfice net est moins élevé qu'escompté.

La remontée des marchés boursiers américains depuis le niveau plancher atteint en mars est principalement portée par le secteur technologique. Le Nasdaq est le seul indice à afficher un rendement positif depuis le début de l'année.

Tous les chiffres ou presque sont au vert au sortir du quatrième trimestre. Les préoccupations que suscitait l'évolution de la croissance et de la rentabilité sont reléguées à l'arrière-plan.

Au troisième trimestre, le bénéfice a reculé pour la première fois en plus de deux ans, à cause, notamment, des investissements liés à la livraison en 24 heures promise aux clients Prime et à d'autres initiatives encore.

La croissance des ventes s'explique par le succès d'Amazon Prime, qui compte désormais plus de 100 millions d'utilisateurs dans le monde. Mais les frais de transport liés à la promesse d'une livraison dans la journée sont plus élevés que prévu.

Si la croissance ralentit depuis quelques trimestres, c'est parce que le géant a considérablement augmenté ses investissements dans l'activité cloud, entre autres. Ce segment revendique pour l'heure 13% du chiffre d'affaires consolidé.

Alphabet est l'action FAANG dont la correction fut la moins violente. Elle est aussi celle qui s'échange au niveau le plus proche du cours record atteint cet été.

Après les belges, voici les actions européennes et américaines les plus rémunératrices de ces vingt dernières années. Les champions américains affichent des rendements nettement plus spectaculaires que les vedettes des Bourses européennes.

La stratégie de croissance d'Oracle s'appuie sur deux piliers: développement du cloud et rachat d'actions. Une stratégie tenable?

Archive