Tout sur Aker BP

La part de Johan Sverdrup dans la production du groupe s'est accrue comme jamais. Une autre zone de ce champ entrera d'ailleurs en production fin 2022. Les perspectives à plus long terme sont bonnes aussi: en 2028, le groupe devrait produire 70% de plus que l'an dernier.

La chute des cours du pétrole et du gaz a contraint le parlement norvégien à voter des mesures fiscales temporaires, pour soutenir un secteur d'importance nationale. Aker BP a sauté sur l'occasion pour accélérer la présentation, au ministère compétent, de ses plans de développement et d'exploitation du projet Hod, à proximité du projet Valhall Flank West entamé l'an passé.

Le secteur pétrolier et gazier est dans la tourmente et le norvégien Aker BP n'échappe pas à la tendance. La crise du coronavirus a écorné l'aura de croissance des ambitieux Norvégiens, mais l'entreprise prend les bonnes mesures et conserve la flexibilité nécessaire pour saisir les opportunités d'acquisition ultérieures.

Le groupe caresse toujours l'ambition de tripler sa production, à 450.000 barils par jour, d'ici à 2025. Le programme d'exploration mis en oeuvre à cette fin est impressionnant.

Le second semestre s'annonce néanmoins meilleur. Le producteur de pétrole norvégien a pour ambition de tripler sa production, à 450.000 barils, d'ici à 2025. Le titre reste un candidat à une intégration dans le portefeuille modèle.

Pour 2019, ce sont non moins de 750 millions de dollars que le groupe versera au titre de dividendes. Et ce n'est pas tout. Le dividende sera encore majoré chaque année jusqu'en 2023.

Aker BP compte augmenter le dividende de 100 millions de dollars par an entre 2019 et 2021. Ambitieux, il investira ces trois prochaines années 1,9 milliard de dollars dans la croissance organique de sa production.

Archive