Ce n'est pas à proprement parler une belle année qui s'annonce pour les investisseurs en actions. L'impôt sur la spéculation n'est pas encore réellement un problème, pour autant. Les premiers jours d'échange ont démontré toute l'importance d'avoir une stratégie claire. En ce qui nous concerne, cela implique de faire des choix tranchés. Cette année, nous réduirons progressivement les positions en actions et renforcerons la trésorerie, surpondérerons des thèmes spécifiques (en premier lieu l'agriculture et les métaux précieux), nous concentrerons sur les valeurs à dividende stable et également sur les candidats à la reprise.
...

Ce n'est pas à proprement parler une belle année qui s'annonce pour les investisseurs en actions. L'impôt sur la spéculation n'est pas encore réellement un problème, pour autant. Les premiers jours d'échange ont démontré toute l'importance d'avoir une stratégie claire. En ce qui nous concerne, cela implique de faire des choix tranchés. Cette année, nous réduirons progressivement les positions en actions et renforcerons la trésorerie, surpondérerons des thèmes spécifiques (en premier lieu l'agriculture et les métaux précieux), nous concentrerons sur les valeurs à dividende stable et également sur les candidats à la reprise.En ce qui concerne ce dernier point, nous nous intéressons à la valeur agricole Syngenta. Le 26 août 2015, son concurrent américain Monsanto a supprimé l'offre pourtant tentante de 47 milliards USD ou 470 francs suisses (CHF) par action sur le géant suisse des semences et des produits de protection des plantes. Les Suisses ne souhaitaient même pas entamer les discussions avec les Américains. Une grande déception, y compris pour nous. Mais depuis que le CEO Mike Mack a été poussé vers la sortie, tout est à nouveau possible. En fin d'année, Michel Demare, le président du conseil d'administration de Syngenta, a annoncé clairement au journal financier suisse Finanz und Wirtschaft que la direction envisageait à présent une fusion ou une acquisition et était disposé à abandonner sa position " stand alone ". Les partenaires potentiels ne manquent d'ailleurs pas, selon Demare. Tout le monde négocie avec tout le monde, vu la transaction exceptionnelle entre du Pont de Nemours et Dow Chemical, et les circonstances de marché encore difficiles vu les revenus inférieurs des agriculteurs. Selon Demare, la direction de Syngenta a entamé elle-même des négociations intensives.Le plus sérieux candidat à une transaction (fusion/acquisition) demeure China National Chemical Corp., mieux connu ici sous le nom ChemChina, qui a racheté en mars dernier l'actionnaire de référence du producteur italien de pneus Pirelli. Pour ChemChina (numéro 7 au monde des produits phytosanitaires), les autorités de la concurrence devraient faire moins de problèmes et Demare a lui-même admis que des " effets de synergie substantiels " étaient possibles. Dans les produits de protection des plantes, ChemChina a une part de marché mondiale de 5%, contre 19% pour Syngenta et 8% pour Monsanto. Mais les Chinois n'ont pas remporté la partie pour autant, même si la croissance du secteur agricole est cruciale pour eux. Il reste des écueils à franchir, y compris celui de Monsanto, qui envisagerait une troisième tentative de rachat. Selon plusieurs sources, 470 CHF par action s'avère être le prix de référence, également pour ChemChina. Le cours a réagi positivement à ce regain d'intérêt. Pour autant, pas d'euphorie, vu que les actionnaires avaient déjà espéré en vain une transaction. Nous sommes dès lors satisfaits d'avoir pu relever notre participation pendant la période de déception. L'action demeure "digne d'achat" (rating 1A) dans la perspective de la réalisation d'une transaction dans les prochains mois ou semaines. Intentions d'achat et de venteConsommation de la classe moyenne des pays émergents- Barco: trading update Q3 relève un chiffre d'affaires décevant mais un carnet de commandes joliment garni - Itau Unibanco Holding: nouveau-venu en portefeuille (*) - Solvay: envisagerait vente de la division Polyamides, qui pourrait rapporter jusqu'à 1 milliard EUR ; position renforcée, notamment au travers de l'augmentation de capital (*) Energie- Peabody Energy: position renforcée pour profiter du 'tax loss selling' (*) - PNE Wind: déception au Royaume-Uni - Uranium Participation: chiffres annuels le 13/1 (*)- Velcan: a reçu l'autorisation technico-économique pour le projet Tato (186 MW) en Inde Or & métaux- ArcelorMittal: titre ramassé près du plancher à 12 ans ; position complétée - Market Vectors Gold Miners ETF: mines aurifères se portent relativement mieux ; position renforcée- Rio Tinto: nouveau-venu dans le portefeuille ; acteur solide parmi les géants des matières premières (*) - Umicore: Q3 correct, prévisions annuelles plus prudentesAgriculture- Deere&Co: résultats supérieurs aux prévisions- Potash Corp.: position renforcée pour tirer profit du 'tax loss selling' - Sipef: a commencé à racheter des actions propres (*) - Suedzucker: cours en retrait dans l'attente des résultats le 13/1 (*) - Syngenta: demeure candidat à la reprise pour 2016, lire par ailleurs (*) - Tessenderlo: devrait devenir Picanol Tessenderlo Group après approbation par l'AGE du 29/2 (*) Vieillissement de la population- Ablynx: devrait connaître une année décisive 2016, lire en page 4 (*) - Bone Therapeutics: a reçu à nouveau 2 millions EUR de soutien de la Région wallonne (*) - Fagron: est contraint par ses financiers d'éclaircir sa situation financière avant fin mars (*) - GlaxoSmithKline: chiffres Q3 supérieurs au consensus des analystes - MDxHealth: a annoncé un partenariat pour l'Amérique Centrale et du Sud - Vertex Pharmaceuticals: l'Europe a approuvé l'usage élargi (y compris les enfants de 2 à 5 ans) de Kalydeco et Orkambi, contre la mucoviscidose(*) = update