Schlumberger dispose en effet de la plus grande expertise technologique pour mener à bien les projets de gaz de schiste et donc produire des résultats de production solides. Un autre atout du groupe franco-américain à plus long terme réside dans son ancrage international. Pour le 2e trimestre écoulé, le consensus s'établissait à 11,15 milliards USD de chiffre d'affaires (CA) et 1,10...

Schlumberger dispose en effet de la plus grande expertise technologique pour mener à bien les projets de gaz de schiste et donc produire des résultats de production solides. Un autre atout du groupe franco-américain à plus long terme réside dans son ancrage international. Pour le 2e trimestre écoulé, le consensus s'établissait à 11,15 milliards USD de chiffre d'affaires (CA) et 1,10 USD de bénéfice par action. Or les résultats finaux font état d'un CA de 11,18 milliards USD et d'un bénéfice par action de 1,15 USD. Ces deux chiffres étaient donc supérieurs aux prévisions des analystes. Le bénéfice net a même atteint 2,1 milliards USD ou 1,57 USD par action, mais ce chiffre intègre plusieurs éléments. Notons que l'augmentation du CA fut partout plus sensible que ce qui était prévu, avec cependant un rôle particulièrement important pour les activités internationales. Là, la croissance du CA est ressortie à 8%, alors que celle de la région d'Amérique du Nord s'est établie à 2%. La croissance la plus sensible est une nouvelle fois à mettre à l'actif du Moyen-Orient et de l'Asie, avec une hausse de 11%. Sur base annuelle, l'augmentation du CA atteint 8%, mais est aussi de 6% supérieure à celle du premier trimestre (10,67 milliards USD). La réaction de cours positive a été notamment soutenue par la décision du conseil d'administration de mettre sur pied un nouveau programme important de rachat d'actions propres. Le précédent programme de 5 ans se termine au 3e trimestre et sera remplacé par un nouveau programme quinquennal. Le montant a été relevé à 10 milliards. Sur les seules trois dernières semaines, l'action a progressé de 15%. Les prévisions de bénéfice seront encore légèrement relevées, mais à 17 fois le bénéfice escompté pour cette année et 14 fois celui de l'an prochain, la décote a déjà été récupérée en partie. C'est pourquoi nous abaissons notre conseil à "digne d'achat sur repli" (rating 2C).