Les doutes de plus en plus sérieux concernant la reprise de ThromboGenics semblent en fin de compte justifiés. Mardi matin, la société louvaniste de biotechnologie a annoncé que Thrombo demeurerait une société indépendante. Ce qui signifie qu'à Louvain, il faut à présent passer au "plan B", c'est-à-dire la recherche d'un partenaire pour la commercialisation de Jetrea, contre les maladies infecti...

Les doutes de plus en plus sérieux concernant la reprise de ThromboGenics semblent en fin de compte justifiés. Mardi matin, la société louvaniste de biotechnologie a annoncé que Thrombo demeurerait une société indépendante. Ce qui signifie qu'à Louvain, il faut à présent passer au "plan B", c'est-à-dire la recherche d'un partenaire pour la commercialisation de Jetrea, contre les maladies infectieuses, aux Etats-Unis. Pour le reste du monde, un partenariat existe déjà avec Alcon/Novartis. La stratégie des Suisses consiste à vendre Jetrea avec l'équipe du médicament oculaire à succès Lucentis. Cela dit, Alcon/Novartis vend également Lucentis dans le reste du monde, en dehors des Etats-Unis. Là, la commercialisation de Lucentis est organisée par Roche. Ces "autres" Suisses pourraient être un partenaire pour Thrombo aux Etats-Unis. Car ce partenariat pour les USA est plus que conseillé. Une trésorerie de quelque 150 millions EUR (4 EUR par action) est confortable mais, malgré un médicament sur le marché, le groupe a malgré tout encore consommé, au premier trimestre, 15 millions EUR de liquidités. A plus forte raison s'il a encore des ambitions cliniques avec Jetrea pour d'autres indications (comme la rétinopathie diabétique), la trésorerie actuelle ne suffit donc plus. Le groupe a en parallèle annoncé que son directeur financier Chris Buyse (CFO depuis l'introduction en Bourse en 2006) quittait l'entreprise.Pas de ventes à la hâteLe scénario espéré ne se concrétise donc pas, ce qui a déçu les marchés. D'où le repli substantiel de cours. Heureusement que, au 2esemestre 2012 surtout, en pleine euphorie, nous avions vendu 75% de notre position avec une plus-value moyenne de 170%. Car sur le reste, le bénéfice a désormais été gommé. Il n'y a plus aucun sens à vendre à n'importe quel prix dans un mouvement de panique. C'est pourquoi nous maintenons le conseil à "conserver/attendre" (rating 2C). Un partenariat pour les USA doit désormais être trouvé impérativement.