Les précautions prises par les autorités monétaires américaines n'ont pas pu empêcher que la nervosité augmente sensiblement sur les différents marchés financiers. Ce repli généralisé de tous les marchés est une nouvelle donne et sur les marchés obligataires surtout, la correction demeure vive. Ce qui nécessite un suivi ultérieur. L'Indicateur de marchés de l'Initié de la Bourse continue de reculer (score de -17 à -18).
...

Les précautions prises par les autorités monétaires américaines n'ont pas pu empêcher que la nervosité augmente sensiblement sur les différents marchés financiers. Ce repli généralisé de tous les marchés est une nouvelle donne et sur les marchés obligataires surtout, la correction demeure vive. Ce qui nécessite un suivi ultérieur. L'Indicateur de marchés de l'Initié de la Bourse continue de reculer (score de -17 à -18). Les économistes prévoient en moyenne que la Banque centrale américaine commencera progressivement à diminuer les achats mensuels d'encore 85 milliards USD à partir de septembre. D'abord de 20 milliards, à 65 milliards USD, pour mettre fin à ce programme de rachat en juin de l'an prochain. La conférence de presse de Bernanke a convaincu 17% d'économistes de plus de l'imminence (en automne) d'un processus de " tapering " et a porté ce chiffre à environ 1 sur 2. Un quart environ prévoit que le durcissement de la politique monétaire extrêmement souple n'interviendra qu'en septembre. Mais c'est cette accélération des prévisions moyennes qui a donné lieu à quelque agitation sur les marchés financiers.Dans ce contexte, le thème de la protection du portefeuille fait son oeuvre... Les positions dans les trackers permettent de limiter les dégâts sur les marchés boursiers. Les premiers niveaux de soutien ont cédé mais ce n'est que lors des prochains franchissements à la baisse des prochains niveaux de soutien importants qu'on pourra affirmer qu'une correction franche est en cours. Nous suivons l'évolution de la situation très attentivement car nous souhaitons miser sur ce thème plus activement. Si nous percevons des signes de sortie de plancher des marchés, nous réduirons ce thème.Si le repli est généralisé et concerne tous les marchés, force est de constater hélas que le cours de l'or digère très mal la perspective d'un durcissement de la politique monétaire américaine. Le dollar américain en récolte les fruits : le prix de l'or a faibli sous le niveau de la mi-avril. C'est pourquoi nous avions placé sur le tracker SPDR GoldTrust une limite de vente sous la forme d'un stop-loss, car le métal jaune doit automatiquement rechercher un nouveau plancher. En conséquence, la position en or a presque diminué de moitié. Les marchés recherchent un nouvel équilibre. Y compris le marché de l'or. En fonction de cela, nous examinons le reste de la position. Pour l'instant, nous préférons "conserver". La trésorerie s'est renforcée, ce qui offre à court terme une latitude éventuelle pour de nouvelles valeurs, dès que la tranquillité sera revenue sur les marchés. Comme par exemple pour le thème de l'énergie, avec la compagnie de services pétroliers américaine Schlumberger (NYSE, ticker SLB ; rating 1B ; code ISIN : AN8068571086). Schlumberger est l'absolu numéro 1 mondial des services pétroliers, avec le plus important ancrage dans le monde entier et la gamme la plus vaste de produits et de services pour les clients, des majors pétrolières essentiellement. Naturellement, ce géant tire également profit de l'essor du gaz de schiste aux Etats-Unis. Nous surveillons de près cette action et placerons une limite d'achat si la situation de marché s'améliore.