La récente évolution de cours du spécialiste wallon dans le développement de produits de thérapie cellulaire de formation osseuse pour la réparation et la prévention des fractures, Bone Therapeutics, a déçu. Deux éléments expliquent cet état de fait. D'une part, l'attention accrue pour la baisse de sa trésorerie, en l'occurrence de 7millions EUR au premier semestre, à 26,6millions EUR. Sur une base annuelle, on table sur une consommation de liquidités comprise entre 14,5 et 16millions EUR. Bone Therapeutics dispose de suffisamment de liquidités pour tenir jusque début 2018, ce qui est totalement conforme au projet établi lors de l'introduction en Bourse début 2015. Cela dit, une opération de capital pourrait être nécessaire avant fin 2017. D'autre part, et ce facteur est peut-être plus déterminant encore, la période de lock-up (vente interdite durant celle-ci) après l'IPO s'est terminée le 6août. Ce qui signifie que les financiers qui ont investi dans l'IPO peuvent négocier depuis lors librement leurs actions. Il est évident qu'un certain nombre l'ont fait. Pour notre thèse d'investissement à plus long terme, l'évolution du pipeline est cependant cruciale. À ce niveau, tout évolue comme prévu pour l'instant.
...