Le spécialiste liégeois de la santé féminine Mithra Pharmaceuticals reste fidèle à sa stratégie de maximisation de la valeur actionnariale de l'oestrogène naturel Estetrol. Il développe deux candidats produits à base d'Estetrol: Estelle, un contraceptif oral, et Donesta, un médicament contre les bouffées de chaleur propres à la ménopause. Élément crucial: durant les études précliniques et de phaseII, l'Estetrol a montré non seulement une efficacité supérieure aux produits existants, mais aussi un risque inférieur d'effets secondaires. On accorde aux deux candidats produits un chiffre d'affaires (CA) maximal d'au moins un milliard d'euros sur de grands marchés qui bril...

Le spécialiste liégeois de la santé féminine Mithra Pharmaceuticals reste fidèle à sa stratégie de maximisation de la valeur actionnariale de l'oestrogène naturel Estetrol. Il développe deux candidats produits à base d'Estetrol: Estelle, un contraceptif oral, et Donesta, un médicament contre les bouffées de chaleur propres à la ménopause. Élément crucial: durant les études précliniques et de phaseII, l'Estetrol a montré non seulement une efficacité supérieure aux produits existants, mais aussi un risque inférieur d'effets secondaires. On accorde aux deux candidats produits un chiffre d'affaires (CA) maximal d'au moins un milliard d'euros sur de grands marchés qui brillent par un manque d'innovation depuis des décennies. Pour Donesta, une étude de dosage de phaseII a été lancée en mai, pour des résultats attendus au cours du premier semestre de 2017. Suivront le démarrage d'une étude de phaseIII en 2018 et une éventuelle commercialisation à partir de 2021. Cet été, deux études de phaseIII ont commencé sur Estelle en Europe et en Amérique du Nord (sur plus de 3500 patients). Ces deux études devraient se terminer au deuxième semestre de 2018, avec une commercialisation possible à partir de 2019/2020. Pour l'Europe et l'Amérique du Nord, la stratégie de Mithra consiste à attendre les résultats des études de phaseIII avant de conclure des partenariats. Dans les autres régions, on table plutôt sur des octrois de licence. Un premier contrat de licence a d'ailleurs été conclu fin août avec Fuji Pharma, le leader de la santé féminine sur le marché japonais. Il porte sur la commercialisation d'Estelle au Japon et dans dix pays de l'Asie du Sud-Est. Mithra a reçu 10millions d'euros de paiement d'étape à la signature, et le contrat prévoit en outre une exclusivité d'approvisionnement pour vingt ans à partir du site de production CDMO de Mithra, inauguré fin septembre. Trois mois plus tard, une lettre d'intention a été signée pour la conclusion d'un contrat de licence en Chine. Le partenaire est à nouveau le plus grand acteur local dans la santé féminine (Zhejiang Xianju Pharmaceutical), mais à la différence du contrat conclu avec Fuji Pharma, il est question d'une licence pour toutes les applications possibles de l'Estetrol. Tout contrat supplémentaire serait le bienvenu pour passer le cap de la finalisation des études de phaseIII avec Estelle car nous avons surtout retenu du rapport semestriel une forte baisse de la position de trésorerie, à 65,9millions d'euros, consécutive à la brutale augmentation des coûts (de 7,6millions d'euros à 25millions d'euros). ConclusionContrairement aux investisseurs, les leaders du marché de la santé féminine semblent séduits par le potentiel de l'Estetrol. Certes, nous n'aurons de réelles certitudes concernant les chances de succès d'Estelle qu'en 2018, lorsque les résultats de l'étude de phaseIII seront connus. L'action est relativement stable ces derniers mois, mais affiche une valorisation nettement inférieure à ses concurrentes américaines. Digne d'achat, avec le profil de risque supérieur à la moyenne propre à toute action biotech (rating1C). Avis : digne d'achatRisque : élevéRating : 1CDevise : euro (EUR)Marché: Euronext BruxellesCapitalisation boursière: 281 millions EURC/B 2015 : -C/B attendu 2016 : -Perf. cours sur 12 mois : -8%Perf. cours depuis le 01/01 : -11%Rendement du dividende : -