L'élément perturbateur de l'an dernier, qui avait pesé sur le cours de LVMH, était la croissance (organique) molle de la plus grande division, Mode & Maroquinerie. La division, qui compte des marques aussi réputées que Louis Vuitton, Fendi, Donna Karan, Givenchy ou encore Kenzo, a cependant rendu compte d'un redressement de son chiffre d'affaires (CA) au cours des trois derniers mois de l'an dernier (+7%). Ce très bon 4etrimestre s'est prolongé au 1er trimestre de cette année, puisque la division a affiché une croissance à deux chiffres pour la première fois en deux ans (+11%, dont 9% en croissance organique, donc hors acquisitions et désinvestissements). Mode&Maroquinerie représente près de 37% du CA du groupe. Le deuxième département de la société en termes de CA, Retailing sélectif, est lui aussi en grande forme : 5% de hausse du CA et même 10% de croissance organique. Cette division regroupe, outre les magasins Sephora, le DFS Group, la plus grande chaîne de magasins de luxe pour le public des voyageurs, avec plus de 1100 points de vente. Une division se démarque négativement...