Cet automne, les marchés financiers internationaux auront encore plusieurs nouvelles à digérer. Tout d'abord bien sûr, à court terme, la menace d'une expédition punitive par les Etats-Unis contre l'usage d'armes chimiques par la Syrie à l'encontre de ses propres citoyens. Le président Barack Obama perdrait énormément en crédibilité s'il ne parvenait pas cette semaine à convaincre le Congrès américain du bienfondé de son action. Les répercussions dans son propre pays ne se feraient pas attendre, car ce leadership potentiellement affaibli le désavantagerait dans les débats autour du budget et du plafond de la dette. Des thèmes qui opposent de longue date Démocrates et Républicains et dans le cadre desquels une décision par rapport à leur résolution à long terme se fait attendre ...