Cet automne, les marchés financiers internationaux auront encore plusieurs nouvelles à digérer. Tout d'abord bien sûr, à court terme, la menace d'une expédition punitive par les Etats-Unis contre l'usage d'armes chimiques par la Syrie à l'encontre de ses propres citoyens. Le président Barack Obama perdrait énormément en crédibilité s'il ne parvenait pas cette semaine à convaincre le Congrès américain du bienfondé de son action. Les répercussions dans son propre pays ne se feraient pas attendre, car ce leadership potentiellement affaibli le désavantagerait dans les débats autour du budget et du plafond de la dette. Des thèmes qui opposent de longue date Démocrates et Républicains et dans le cadre desquels une décision par rapport à leur résolution à long terme se fait attendre ...

Cet automne, les marchés financiers internationaux auront encore plusieurs nouvelles à digérer. Tout d'abord bien sûr, à court terme, la menace d'une expédition punitive par les Etats-Unis contre l'usage d'armes chimiques par la Syrie à l'encontre de ses propres citoyens. Le président Barack Obama perdrait énormément en crédibilité s'il ne parvenait pas cette semaine à convaincre le Congrès américain du bienfondé de son action. Les répercussions dans son propre pays ne se feraient pas attendre, car ce leadership potentiellement affaibli le désavantagerait dans les débats autour du budget et du plafond de la dette. Des thèmes qui opposent de longue date Démocrates et Républicains et dans le cadre desquels une décision par rapport à leur résolution à long terme se fait attendre depuis déjà deux ans.En outre, Obama est confronté à un autre dossier crucial : la désignation d'un nouveau président à la tête de la Federal Reserve, dans la mesure où Ben Bernanke ne prolongera pas son mandat en 2014. Quant à la Banque centrale, elle aura la tâche difficile, cet automne, de mener à bonne fin le processus de " tapering " (allègement progressif du programme de rachat mensuel d'obligations à concurrence de 85 milliards USD actuellement). Cette combinaison d'éléments a ramené le taux américain à dix ans à 3% et contribué à la stagnation des Bourses ces dernières semaines. Nous anticipons une correction ultérieure avant de pouvoir développer le thème de la Consommation de la classe moyenne et déforcer le thème Protection du portefeuille. Chez ThromboGenics, tout est mis en oeuvre pour mettre fin au courant vendeur qui pénalise le titre depuis la publication de chiffres de ventes inférieurs aux prévisions aux Etats-Unis pour Jetrea (12,5 millions EUR au premier semestre, contre 14 à 15 millions EUR escomptés par les analystes).Tout d'abord, on notera la recommandation par l'organisation de santé britannique NICE de rembourser Jetrea pour le traitement de la traction vitréomaculaire et des trous maculaires. Et ce, à la fois pour les patients en phase précoce et tardive de la maladie. Il s'agit à nouveau d'une étape importante en Europe, qui permet à présent à son partenaire Alcon (Novartis) d'exploiter pleinement le marché britannique et plus seulement les cliniques privées sans remboursement, comme c'était le cas ces derniers mois. En outre, la société biotechnologique louvaniste a conclu des accords de licences exclusifs avec la société biotech britannique Bicycle Therapeutics pour le développement de nouveaux médicaments indiqués dans le traitement de l'oedème maculaire diabétique (OMD). Pour Jetrea, ThromboGenics a déjà l'autorisation pour l'indication d'adhérence (adhérence du corps vitré à la rétine à l'arrière de l'oeil) et analyse actuellement les résultats de phase II pour une autre indication, la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA), dont le potentiel de marché est également énorme. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le monde compte 350 millions de patients diabétiques et quelque 30% d'entre eux risquent, à terme, de développer un OMD. Le médicament potentiel de Bicycle Therapeutics est cependant encore à un stade très précoce (préclinique), de sorte que le montant - non révélé - du paiement préliminaire ne devrait pas avoir dépassé plusieurs millions d'euros. Enfin - et c'est peut-être la nouvelle la plus réjouissante du point de vue des actionnaires particuliers -, épinglons l'annonce d'un rachat par le directeur Désiré Collen (via les sociétés LSRP et Patcobel) et le directeur financier (CFO) du groupe Chris Buyse de 20.000 actions ThromboGenics chacun : Collen pour 436.800 EUR et Buyse pour 420.000 EUR. La direction semble donc convaincue que le cours a été trop sévèrement sanctionné à l'annonce des résultats semestriels. Ils sont convaincus que Jetrea, malgré des débuts plutôt hésitants sur le marché, remportera le succès qu'il mérite (rating 3C)