Le 'shutdown' est donc levé et le plafond de la dette relevé. Hélas, cette solution est temporaire à nouveau; elle vaut jusqu'au début de l'an prochain. Cela dit, pour un instant au moins, elle contribue à apaiser les esprits. C'est pourquoi nous vendons le tracker Lyxor Bear Eurostoxx50 en raison des perspectives pour l'instant meilleures des indices européens. Le tracker Proshares Sho...

Le 'shutdown' est donc levé et le plafond de la dette relevé. Hélas, cette solution est temporaire à nouveau; elle vaut jusqu'au début de l'an prochain. Cela dit, pour un instant au moins, elle contribue à apaiser les esprits. C'est pourquoi nous vendons le tracker Lyxor Bear Eurostoxx50 en raison des perspectives pour l'instant meilleures des indices européens. Le tracker Proshares Short QQQ reste à bord au moins jusqu'à la fin de la saison des résultats.Les prochaines semaines seront agitées en raison des résultats (trimestriels) qui seront publiés par les entreprises que nous avons en portefeuille. Casino est l'un des nouveaux-venus de notre portefeuille et il nous a en tout cas déjà assuré un bon début de saison. Le groupe de vente au détail français, qui réalisait fin septembre 60% de son chiffre d'affaires (CA) dans les pays émergents, a dégagé au 3etrimestre un CA de 11,78 milliards EUR. Ce qui représente seulement une croissance organique de 0,1% par rapport au 3etrimestre de l'an dernier, mais une croissance organique de 12,5% à l'international (GPA au Brésil, Exito en Colombie et Big C en Thaïlande et au Vietnam) s'est transformée en croissance négative de -5,2% en raison notamment de pertes de change (repli sensible notamment du réal brésilien face à l'euro) et d'effets saisonniers, alors que le Brésil a signé une croissance organique franche. En France, nous constatons que les hypermarchés (Géant Casino) signent une amélioration et sont parvenus à limiter le repli des chiffres de vente sur base annuelle de -7,8% fin juin à -4,7% fin septembre. Les analystes sont satisfaits, certains même enchantés par le CA. Nous partageons cet enthousiasme et relevons la fair value du titre à 88 EUR, ce qui représente un rapport EV/EBITDA de 7,6 pour 2014. La hausse de cours des derniers jours et semaines nous incite cependant à abaisser notre conseil à " acheter sur repli " (rating 2B). L'action demeure en portefeuille.