Il y a à peine un mois, nous avons intégré Lafarge en portefeuille en raison de sa faible valorisation (inférieure à la valeur comptable), de son potentiel de redressement en Europe, de sa forte croissance en Afrique et au Moyen-Orient et surtout de l'espoir que Lafarge récupère l'investment grade par un relèvement du rating par les agences de rating. Entretemps, le cours a augmenté d'environ un quart. Mais pour une raison totalement différente. Le week-end dernier, le groupe français Lafarge et le groupe suisse Holcim ont annoncé leur fusion. De cette façon, ils donnent naissance au plus grand producteur de ciment au monde. Même si cette étape est surtout défensive, l'approche de la surcapacité et les frais énergétiques. LafargeHolcim devra cependant évidemment encore recevoir l'aval des autorités de la concurrence. Autrement dit, il faudra peut-être encore une année avant que cette transaction soit totalement finalisée. Elle impliquera du reste également la vente de plusieurs activités en Europe. Nous abaissons notre conseil à "conserver" (rating 2A) et examinerons, d'ici au procha...

Il y a à peine un mois, nous avons intégré Lafarge en portefeuille en raison de sa faible valorisation (inférieure à la valeur comptable), de son potentiel de redressement en Europe, de sa forte croissance en Afrique et au Moyen-Orient et surtout de l'espoir que Lafarge récupère l'investment grade par un relèvement du rating par les agences de rating. Entretemps, le cours a augmenté d'environ un quart. Mais pour une raison totalement différente. Le week-end dernier, le groupe français Lafarge et le groupe suisse Holcim ont annoncé leur fusion. De cette façon, ils donnent naissance au plus grand producteur de ciment au monde. Même si cette étape est surtout défensive, l'approche de la surcapacité et les frais énergétiques. LafargeHolcim devra cependant évidemment encore recevoir l'aval des autorités de la concurrence. Autrement dit, il faudra peut-être encore une année avant que cette transaction soit totalement finalisée. Elle impliquera du reste également la vente de plusieurs activités en Europe. Nous abaissons notre conseil à "conserver" (rating 2A) et examinerons, d'ici au prochain numéro, s'il est préférable de conserver ou non les titres en portefeuille.Deere passe à la vitesse supérieureLa semaine dernière, le cours du géant des engins agricoles Deere&Company a rebondi après un nouveau rapport de l'USDA (ministère américain de l'agriculture) qui annonce pour la première fois ce que nous espérions pour 2014 : cette année, les récoltes seront plus maigres et les prix agricoles vont en conséquence reprendre de la hauteur, après le sensible repli de l'an dernier. Certes, il ne s'agit encore que d'estimations provisoires de l'USDA, mais celles-ci se sont révélées inférieures aux prévisions et ont donc donné lieu à une hausse des valeurs spécialisées dans les céréales et l'agriculture en général. Pour le maïs, l'USDA prévoit que 91,7 millions d'acres (un acre = 4,05 m²) seront plantés (estimation : 93 millions). Qui plus est, les stocks sont légèrement inférieurs aux prévisions initiales à 7,01 milliards de boisseaux (estimation : 7,1 milliards ; 1 boisseau = 27,2 kilos). Pour le blé, l'USDA table sur une surface cultivée de 55,8 millions d'acres contre 56,1 millions estimés. Les stocks sont cependant en ligne avec les projections (1,06 milliard de boisseaux). Deere a commencé l'exercice 2013-20114 (clos le 31/10) avec des résultats supérieurs aux attentes. La direction espère un bénéfice de 3,3 milliards USD (8,6 USD par action), ce qui suppose un repli de 7% par rapport au bénéfice record de 3,54 milliards USD de l'exercice 2012-2013 (9,09 USD par action) mais reste supérieur à l'estimation moyenne des analystes, qui sont plus pessimistes de 5% avec 3,13 milliards USD (8,40 USD par action). Deere&Co est l'une des actions les moins chères de l'indice S&P500, à plus forte raison compte tenu de sa position de leader mondial dans un secteur présentant des perspectives encourageantes à long terme. Le cours capitalise en effet moins de 11 fois le bénéfice attendu pour l'exercice en cours et moins de 6 fois le ratio EV/EBITDA. Nous réitérons le conseil d'achat (rating 1A) et conservons soigneusement la valeur en portefeuille. Intentions d'achat et de venteConsommation de la classe moyenne des pays émergentsBolloré: résultats annuels satisfaisants; dividende stable; l'Afrique demeure un sujet brûlant dans l'univers des investisseursCasino: chiffres 2013 supérieurs aux prévisions soutiennent le coursHenkel: action allemande de qualité renforce notre portefeuilleIntel: acquisition surprenante de Basis Science; résultats 1er trimestre le 15/4Lafarge: misons sur le redressement en Europe, solidité en Afrique et relèvement de la solvabilitéLVMH: publie aujourd'hui (mardi 8/4) son chiffre d'affaires pour le 1er trimestreSABMiller: important brasseur; cible de reprise pour combinaison AB InBev-Carlsberg?Standard Chartered: relèvement de conseil par Berenberg Bank Telefonica: résultats 2013 en ligne avec les attentesVolkswagen pref.: ambitieux objectif de ventes en 2014; construit nouvelle usine en Thaïlande; offre sur Scania pas encore gagnéeYum! Brands: cours profite du relooking des restaurants KFC en ChineEnergies Fred Olsen Energy: cours reste faible malgré livraison de la nouvelle plateforme Bollette Dolphin Royal Dutch Shell: tablons sur augmentation de l'efficacité avec le nouveau directeurSchlumberger: perspectives positives pour l'exercice courant; résultats 1er trimestre le 17/4Uranium Participation: misons sur redressement du cours de l'uraniumOr & métauxAnfield Nickel: assemblée générale annulée; importante nouvelle bientôt ?Lumina Copper: cours se redresse parallèlement au cours du cuivre AgricultureCF Industries: cours proche du niveau record; résultats 1er trimestre le 8/5 Deere&Company: action est redécouverte (lire par ailleurs)Nutreco: investit 15 millions EUR dans son expansion en Asie (Vietnam) Syngenta: a reçu l'aval pour Elatus pour le Brésil, marché crucialTessenderlo: belle hausse après conseil d'achat d'ABN Amro et objectif de cours à 26 EURVieillissement de la populationEssilor: chiffres annuels légèrement inférieurs aux prévisionsNovo Nordisk: cours en hausse ; programme de rachat d'actions propres (lire par ailleurs)Sanofi: attendons redressement des résultats en 2014ThromboG nics: Goldman Sachs démarre le suivi avec un objectif de cours de 23 EUR; considère Thrombo comme une cible potentielleTubize (fin): UCB entame une collaboration stratégique avec le Weill Cornell Medical College