Le cours de ThromboGenics tente de retrouver son souffle après la nouvelle raclée de la semaine dernière, conséquence d'un sombre rapport publié par la maison de Bourse néerlandaise Kempen&Co par rapport au potentiel de vente de son médicament contre les affections oculaires Jetrea. Une raclée qui a d'ailleurs suivi un premier choc provoqué par l'annonce de résultats de ventes décevants pour Jet...

Le cours de ThromboGenics tente de retrouver son souffle après la nouvelle raclée de la semaine dernière, conséquence d'un sombre rapport publié par la maison de Bourse néerlandaise Kempen&Co par rapport au potentiel de vente de son médicament contre les affections oculaires Jetrea. Une raclée qui a d'ailleurs suivi un premier choc provoqué par l'annonce de résultats de ventes décevants pour Jetrea aux Etats-Unis sur les 6 premiers mois de cette année (12,5 millions EUR contre 14 à 15 millions EUR attendus). Dans cette optique, l'annonce, en début de semaine, d'une cotation de l'action sous la forme d'une ADR sur le segment OTC de Wall Street (ticker : TBGNY ), n'est rien de plus qu'un " fait divers ". Une double cotation à Wall Street n'est absolument pas à l'ordre du jour de la direction, qui se concentre exclusivement sur l'amélioration de ses ventes. Une chose est sûre : le monde médical doit être mieux " formé ", qui pour l'heure se contente d'observer passivement. Finalement, les inciter à devenir plus proactifs et donc à opter plus rapidement pour une injection de Jetrea, est une tâche plus importante et plus ardue que prévu. Chez Thrombo, on affirme toutefois que tout le monde s'active à l'observation du marché, à rassembler les indications sur la manière de mieux aborder le marché et de vendre davantage. Il n'y a pas encore de réponse claire et nette, mais pas non plus de raison de désespérer ou de douter, vu les nombreuses qualités du médicament. Il existe du reste suffisamment d'exemples de molécules dont les ventes ont démarré mollement. Il faudra en outre attendre de savoir comment se déroulent les ventes du partenaire Alcon/Novartis dans certains pays européens et dans le reste du monde (pour l'instant le Canada) avant de tirer des (premières) conclusions. Nous répétons qu'il est trop tôt pour considérer Jetrea comme une promesse non tenue. Pour l'instant, tout tourne autour de son potentiel de vente. Nous maintenons notre position (rating 3C).