Bolloré est traditionnellement l'un des derniers à publier ses résultats annuels. La société à portefeuille de Vincent Bolloré a vu son chiffre d'affaires reculer l'an dernier de 2,3%, à 10,6 milliards EUR. Malgré cela, le cash-flow opérationnel (EBITDA) a progressé de 7%, à 1,02 milliard EUR (contre 957 millions EUR), tout comme le résultat opérationnel (EBIT;...

Bolloré est traditionnellement l'un des derniers à publier ses résultats annuels. La société à portefeuille de Vincent Bolloré a vu son chiffre d'affaires reculer l'an dernier de 2,3%, à 10,6 milliards EUR. Malgré cela, le cash-flow opérationnel (EBITDA) a progressé de 7%, à 1,02 milliard EUR (contre 957 millions EUR), tout comme le résultat opérationnel (EBIT; de 606 à 650 millions EUR). Par rapport aux divers segments d'activités, notons que la division Transport & logistique reste largement dominante en matière de rentabilité. Bolloré Logistics, et surtout Bolloré Africa Logistics (principal réseau logistique d'Afrique), couvre 87% de l'EBIT (567 millions EUR). Bolloré Energie (2e distributeur de combustibles ménagers en France) a connu une année plus faible en raison de la sensible baisse des cours pétroliers (EBIT : -33%). Le pôle Communication et Médias (avec, en priorité, les participations dans Havas et Vivendi) est de plus en plus manifestement le deuxième pôle en ce qui concerne la rentabilité (210 millions EUR d'EBIT en 2014). Ce qui est logique d'ailleurs, car les participations dans Havas (participation de 82,5%; 5egroupe publicitaire au monde) comme dans Vivendi (8,1%) ont été renforcées ces derniers mois. La division Stockage d'électricité continue en effet d'afficher des pertes (-120 millions EUR d'EBIT en 2014, tout comme en 2013). Le dividende de l'exercice 2014 a doublé de 0,031 à 0,06 EUR par action (déjà un dividende intérimaire de 0,02 EUR). Nous pouvons toutefois relever la fair value de 4,9 à 5,3 EUR par action, mais depuis la hausse de cours de 35% depuis le début de l'année, ce cours est déjà trop proche de sa fair value. Nous abaissons dès lors notre conseil à " conserver " (rating 2B). Nous conservons la position en portefeuille. Pour le (plus) long terme.