"Alea jacta est" (les dés sont jetés). Lors d'un référendum désormais historique, les Britanniques ont demandé à sortir de l'Union européenne. Le Brexit est une réalité. Et c'est notamment en tenant compte de ce risque que nous avions réaménagé notre portefeuille ces derniers mois. Entretemps, les élections espagnoles ont eu lieu, lesquelles ont également compliqué quelque peu la situation. Mais la croissance de l'économie mondiale, la saison des résultats américains imminente, le rapport de l'emploi américain pour le mois de juin, notamment, sont également des sources d'inquiétude. Suffisamment d'éléments qui nous incitent à poursuivre notre approche défensive et à rester prudents jusqu'à nouvel ordre. Pour les Bourses européennes, un test de plancher suivra en février. Notre trésorerie confortable nous permettra de miser de manière adaptée sur le mouvement de panique.
...