Apple semblait bien parti pour être le premier à atteindre le cap des 1.000 milliards de dollars de capitalisation boursière. Mais la correction généralisée et des chiffres trimestriels décevants ont gâché la fête.
...

Apple semblait bien parti pour être le premier à atteindre le cap des 1.000 milliards de dollars de capitalisation boursière. Mais la correction généralisée et des chiffres trimestriels décevants ont gâché la fête. Pour la première fois, le nombre d'iPhone vendus a diminué alors que le chiffre d'affaires (CA) prévisionnel pour le trimestre en cours est inférieur au consensus. Le groupe a achevé le dernier trimestre sur un CA de 88,3 milliards de dollars (+12,7 % en base annuelle) et un bénéfice de 3,89 dollars par action (+16 %). Il s'agit de deux records, de surcroît supérieurs aux projections. Le trimestre comptait pourtant une semaine de moins que le quatrième trimestre de 2016 : les comparaisons en base annuelle sont donc légèrement biaisées. Cette différence d'une semaine influence également les chiffres de vente par groupe de produits, puisqu'au dernier trimestre de 2017, Apple a écoulé 77,3 millions d'iPhone, un chiffre nettement en deçà des attentes (81,5 millions), mais aussi de 1 % inférieur à celui enregistré à la même période un an plus tôt. Cela dit, sur une base hebdomadaire, le groupe a vendu 6 % d'exemplaires de plus que l'an dernier. Le CA sur les ventes d'iPhones affiche par ailleurs une progression de 13 %. Apple a en effet mis sur le marché l'iPhone 8 et l'iPhone 8 Plus en septembre, et l'iPhone X au quatrième trimestre. Cette commercialisation a eu un effet positif sur le prix de vente moyen, qui s'est hissé de 694 à 796 dollars, soit bien au-delà des 755 dollars escomptés. Apple prévoit que les (très nombreux) utilisateurs de l'iPhone 6 basculeront massivement vers les nouveaux modèles cette année.Le CA prévisionnel du groupe, compris dans une fourchette de 60 à 62 milliards de dollars, est nettement inférieur aux 65,6 milliards de dollars escomptés, ce qui n'empêche pas Apple de prévoir une croissance des ventes des iPhones les plus onéreux de 13 à 17 %. En définitive, le CA des iPhone totalise 61,6 milliards de dollars, soit près de 70 % du CA du groupe. L'évolution en Chine, où le CA a renoué avec la croissance (+11 %), est elle aussi prometteuse. La croissance du département Services (+18 %, à 8,5 milliards de dollars) a agréablement surpris. Cette division regroupe, outre l'AppStore, des activités comme Apple Pay, Apple Music, Apple Care et la plateforme de stockage de données iCloud. La croissance rapide de son CA a permis à Apple Music d'atteindre à peu près la taille de Spotify. A la fin de l'an dernier, Apple disposait d'une trésorerie de 285,1 milliards de dollars, dont 269 milliards en dehors des Etats-Unis. Il est également endetté à hauteur de 122 milliards de dollars, ce qui ramène sa trésorerie nette totale à 163 milliards de dollars. Le groupe annonçait, en fin d'exercice 2017, 47,7 milliards de dollars de cash-flows disponibles. La réforme fiscale va le contraindre à payer d'une manière étalée 38 milliards de dollars pour le rapatriement des actifs détenus à l'étranger. Le taux d'imposition passera par ailleurs de 25-26 % actuellement à 15 %. La déception provoquée par les chiffres de ventes et le CA prévisionnel s'est rapidement effacée. Au niveau du groupe, la tendance sous-jacente à la croissance demeure intacte, grâce aux prix de vente plus élevés et aux performances de la division Services. La valorisation reste conforme à la moyenne historique.